Le gouvernement contre les coffee shops

Agnès Buzyn a annoncé dimanche que le gouvernement étudiait le moyen de clarifier la loi pour empêcher la prolifération récente des coffee shops qui vendent des dérivés de cannabis.
« Ces coffee shops se sont ouverts sur une zone grise du droit », a-t-elle déclaré.
Les services du ministère de la Santé travaillent sur ce dossier avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes à Bercy afin qu’une solution soit trouvée pour fermer les boutiques concernées d’ici quelques mois.
La ministre a souligné que le droit français autorise les utilisations industrielles du chanvre, dont est extrait le cannabis « quand il contient moins de 0,2% de THC (principe actif du cannabis) ». Pour elle, les coffee shops « ont détourné le droit en disant que leurs cigarettes contiennent moins de 0,2% de THC », alors que « toute vente de cannabis à usage récréatif lorsque ce cannabis contient du THC, quelle que soit la dose, est normalement condamnable par la loi ». Une enquête préliminaire a été ouverte le 11 juin contre un coffee shop à Paris quelques jours après son ouverture. « Le parquet de Paris a confié à la BSP (brigade des stupéfiants et du proxénétisme) le soin de vérifier si les conditions légales de vente de certaines formes de cannabis sont respectées par l’établissement concerné » a déclaré la source judiciaire à Reuters. Elle porte sur les chefs d’emploi, acquisition, transport, détention, offre et cession de stupéfiants.

Source : Reuters 17/06/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires