Lait contaminé et traçabilité : l’UDGPO alerte les élus

Après Leclerc, c’est Auchan, Système U et Carrefour qui reconnaissent avoir continué à distribuer des produits Lactalis interdits. L’affaire Lactalis prouve de façon flagrante que le réseau de distribution de la GMS n’est pas sécurisé alors que l’autorité de la concurrence mène une enquête sur le médicament avec pour objectif de permettre leur vente en grande surface. Pour l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO), les pharmacies ont fait la preuve de leur efficacité et de leur professionnalisme lors de cette crise (cf notre article d'hier sur Univers Pharmacie - NDLR​) comme elles le font quasiment quotidiennement avec plus de 1 000 alertes sanitaires et retraits de lots traités par an pour les médicaments. Laurent Filoche, Président UDGPO pose clairement la question de savoir « comment laisser la commercialisation de médicaments à des entreprises qui ne sont pas capables de protéger les plus fragiles ? ».
L’Union des groupements de pharmaciens d’officine a été fondé et reconnu représentatif de la profession par les tribunaux suite à son action judiciaire gagnée contre Leclerc.
L’UDGPO va donc alerter les élus à l’Assemblée Nationale et au Sénat, souhaitant être entendu par l’autorité de la concurrence « à la lumière de ce scandale sans précédent ».
L’UDGPO demande également à être reçu à la Présidence de la République afin de clarifier la position du Président sur ce sujet. Laurent Filoche d’ajouter : « Nous mènerons un combat sans faille pour protéger nos concitoyens des catastrophes sanitaires qui ne manqueraient pas de survenir si les médicaments étaient vendus en grande surface ».

Source : Communiqué de presse UDGPO 11/01/2018
Commentaire
Olivier R.
12/01/2018
A la lumière des dernières 24h, il aurait été judicieux et surtout très intelligent de ne pas communiquer ! Le communiqué de l'UDGPO semble ridicule aujourd'hui au vu des attaques faites au sujets des 44 officines contrôlées. Si les responsables pouvaient réfléchir un peu avant d'assouvir le souhait de communiquer à outrance... pour exister....
LAVAL DENYS
11/01/2018
LA GRANDE DISTRIBUTION NE PENSE QU'A FAIRE DU PROFIT AU MEPRIS DES REGLES SECURITAIRES ET ILS VOUDRAIENT VENDRE DES MEDICAMENTS!!! QUE LES LAITS INFANTILES REVIENNENT EN PHARMACIE POUR LA SECURITE DES ENFANTS
laurent patrick
11/01/2018
qu'attendent nos syndicats pour réagir comme l'UDGPO
cf
11/01/2018
40 pharmacies fautives aussi !!! selon le journal télévisé du 11/01/2018 Alors .....
olivier G
11/01/2018
C'est bien mais l'UDGPO n'est pas le représentant officiel de l'officine ! Il faudrait que toute la profession s'exprime à l'unisson, Ordre, syndicats, LEEM.... D'autre part, 1000 alertes sanitaires ou retraits de lots par an officine ?? Ce chiffre est totalement faux ! il y a en eu 50 en 2017 ! Et heureusement car cela signifierait une fabrication hasardeuse et désastreuse qui demanderait une remise à plat de 100% des protocoles de fabrications et des mesures de contrôles !!!
gentie eric
11/01/2018
dommage que la dgccrf ait épinglé aussi 44 pharmacies dans cette affaire de retrait de lot. Attention le coq gaulois chante toujours les pieds dans le fumier(pour rester correct) . Attention à l'effet boomerang
patin jean marc
11/01/2018
et comme on pouvait s'en douter, il y aussi des moutons noirs dans les pharmacies,.. .et .je dénie à l'UDGPO de parler en mon nom de pharmacien que ces vendeurs de boites qui ont vendu du lait contaminé soient interdits d'exercer l'art pharmaceutique...ils déshonorent toute la profession ....j'espère que l'ordre fera son travail...
Ajouter un commentaire

Articles similaires