La pharmacie dit non aux clichés diffusés sur la profession par l’Onisep

La nouvelle plateforme d’orientation Parcoursup’ à destination des lycéens se dirigeant vers l’enseignement supérieur vient d’ouvrir. Sa mise en place s’accompagne d’un site d’aide à l’orientation gérée par l’Onisep, « Terminales 2017/2018 ». C’est avec stupeur que la profession a découvert le contenu de la fiche-métier décrivant la profession de pharmacien sur ce site. Dans la partie « Ce métier me correspond-il ? », l’Onisep n’hésitait pas à suggérer qu’ « organiser des fêtes » ou « réparer la machine à laver » seraient des « passions » communément admises, censées décrire le métier de pharmacien ou les traits caractéristiques permettant de s’identifier au métier. Interpellé par les organisations d’étudiants, l’Onisep a immédiatement supprimé ces éléments de la page. Néanmoins, la fiche-métier persiste à réduire le métier de pharmacien d’officine à un vague rôle de conseil et de gestion administrative, le tout « les yeux rivés sur son chiffre d’affaire ». Pour l’A.N.E.P.F « Il est difficilement acceptable qu’un site destiné à l’orientation diffuse des clichés dégradants envers notre profession sans mentionner sa mission principale de santé publique centré sur le patient. Ces propos réducteurs nuisent à l’attractivité de la profession et, par conséquent, à celle des études conduisant au diplôme d’Etat de Docteur en Pharmacie ». Ainsi, l’Ordre national des pharmaciens, la conférence des doyens des facultés de pharmacie, les syndicats représentatifs et l’A.N.E.P.F. demandent à l’Onisep, un travail de refonte de cette fiche-métier. A ce jour, les références sur les métiers de la pharmacie demeurent celles disponibles sur les sites de l’Ordre national des Pharmaciens avec la campagne « Pharma c’est pour moi » et du Leem. Les forums des métiers et les journées portes ouvertes organisés dans les U.F.R. de pharmacie sont également l’assurance d’une information de qualité pour les futurs étudiants.

Source : Communiqué A.N.E.P.F 19/01/2018
Commentaire
Jean Neymar
23/01/2018
Cette description correspond plutôt bien à l'image donnée de la profession par le personnage de pharmacien Philippe de Scènes de Ménages sur M6 qui a bien les yeux rivés sur son chiffre d'affaire... Il est clair que tout va dans le même sens : faire passer le pharmacien pour un nanti aux yeux du grand public pour nous obliger à accepter les réformes et réductions de marges successives, en décrédibilisant d'avance toute tentative de notre part de communiquer sur la voie publique concernant la baisse de nos revenus. Et sur la fiche ONISEP de médecin, est-ce que c'est écrit "études longues et difficiles mais travail beaucoup plus cool qu'avant: liberté d'installation, 35h/semaine sur rendez-vous sauf mercredi et samedi, gardes sur volontariat, une semaine de vacance tous les deux mois et en plus la sécu vous augmente tous les ans !"
RAS
23/01/2018
Il n'y a aucun cliché dégradant. L'article est même plutôt complaisant sur l'installation. "En quoi consiste ce métier ? Il connaît des milliers de produits, souvent potentiellement toxiques, et réalise certaines préparations : rigueur indispensable. Dans son officine ou à l'hôpital, le pharmacien délivre des médicaments. Compatibilité entre les produits, conformité de la durée et des doses prescrites avec le profil du malade : à lui de vérifier l'ordonnance et d'expliquer le traitement. Si une personne lui demande conseil pour une pathologie légère, il lui indique un produit ou la dirige vers un médecin. Au quotidien, il commande et réceptionne les produits, effectue des tâches administratives, tient la comptabilité les yeux rivés sur son chiffre d'affaires. 75 % des pharmaciens exercent en officine. Tous ne sont pas à leur compte : le fonds de commerce est cher et beaucoup de jeunes commencent comme salariés. Avec une spécialisation en biologie médicale, le pharmacien peut exercer dans un laboratoire d'analyses médicales. Dans l'industrie pharmaceutique, il contribue à l'élaboration de nouveaux médicaments et à la surveillance des produits existants. L'hôpital, la recherche publique offrent aussi des opportunités." http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/pharmacien-pharmacienne
ledoc84
23/01/2018
OUI , l'Onisep a raison , le pharmacien passe son temps "les yeux rivés sur son chiffre d'affaires" , qui diminue , diminue , diminue ; pendant que ses charges augmentent , augmentent , augmentent !!
Ancey luc
22/01/2018
Sont payés par qui Sont sanctionnés par qui? Pour un si mauvais travail Inadmissible ne pas laisser passer A qui profite le »crime »??
cardon philippe
22/01/2018
on peut pas leur faire un proces à ces connards!! c"est quoi leur métier à eux philippe
LAURENT PHILIPPE
22/01/2018
Pour moi une seule réponse adaptée : dépôt plainte en diffamation Ce sont des propos inadmissibles qui plus est sur ce site. Que font nos syndicats ??? Quelle autre profession supporte autant d'insultes quasi quotidiennes ?? Ca suffit !!!
vittenet michel
22/01/2018
quoiqu'on fasse, qu'on se professionnalise ou pas, qu'on accompagne les patients ou pas, qu'on prescrive un jour ou pas ..........on sera toujours perçus comme des épiciers par les médias et les autres professionnels de santé ! heureusement qu'à l'officine notre patientèle apprécie grandement le professionnel de santé toujours disponible.
Ajouter un commentaire