L’affaire Lactalis prend une tournure politique

L'enquête et les procès-verbaux dressés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont dénombré 91 établissements à n’avoir pas retiré les boîtes de lait de la distribution comme exigé : 30 grandes surfaces, 44 pharmacies, 2 crèches, 12 hôpitaux et trois grossistes. Le ministre de l’Economie a convoqué hier les acteurs de la grande distribution et s’est entretenu avec l’Ordre des pharmaciens. 
2 500 contrôles supplémentaires sont prévus à la demande du ministre la semaine prochaine sur l’ensemble des réseaux de distribution afin de s'assurer que la totalité des boîtes de lait infantile contaminé soit effectivement retirée. Depuis l'étranger, Emmanuel Macron a réagi en affirmant « Si des sanctions doivent être prises, elles seront prises » appuyant les propos du ministre de l'Economie. Une demande d’enquête parlementaire est par ailleurs évoquée. L’Ordre a averti par communiqué du 11 janvier « s’il s’avérait que certains pharmaciens avaient continué à délivrer des produits incriminés par les rappels, des procédures disciplinaires seraient immédiatement engagées ». Carine Wolf-Thal, présidente du CNOP s’indigne : « Par leur manquement, ces quelques pharmaciens mettent en danger la sécurité sanitaire, trahissent la confiance des patients et bafouent l’honneur de la profession. C’est inacceptable ! Je tiens, au nom de la profession, à assurer mon soutien aux familles qui auraient pu en pâtir ». Que s’est-il vraiment passé dans ces pharmacies ? Est-ce seulement une partie de la procédure qui n’a pas été respectée, expliquant que des cartons de lait se trouvent encore sur place ? L’Ordre rappelle les conditions strictes de la procédure mise en place dans le réseau pour les retraits de lots. De son côté, l’USPO appelle à vérifier scrupuleusement que tous les lots incriminés sont effectivement retirés et rappelle que conformément à la directive, le retour des lots doit se faire auprès des grossistes ou être détruit mais ne doit en aucun cas passer par Cyclamed, circuit réservé aux médicaments. 

Source : Celtinews 12/01/2018



Commentaire
alindust
17/01/2018
Pour revendiquer un monopole de distribution des laits infantiles, il aurait a minima été probant de démontrer que le circuit pharma avait été ici exemplaire....pas de bol ! Pour ce qui est de la fabrication, ne pas s'imaginer que les ingénieurs agro sont des nuls ! attention, ce genre de problème pend au nez de tout labo pharma....au stade des infos à disposition, le taux de salmonelles aurait été en dessous du seuil de détection....attendons de connaître les résultats de l'enquête !
TURPIN Nicolas
13/01/2018
c'est tout de même une histoire de fou.....une embrouille totale et une cacophonie généralisée jusqu'au sommet de l'ETAT....dès le début comme beaucoup, PAR PRECAUTION, j'avais mis en quarantaine tous les produits PICOT (laits, céréales, tisanes etc....). Mais en suivant les listes de retrait officielles,boite par boite lot par lot, il me restait quelques boites que fort heureusement je n'ai pas remises en rayon..... Comme quoi, les listes sont loin d'être parfaites....j'en ai eu ras le bol, j'ai tout retourné liste officielle ou pas.... Quant à PICOT, la marque ne s'en relèvera pas ! Bravo LACTALIS ! BON BOULOT !....au delà de cet épisode, JE CROIS (je rêve) que les laits infantiles devraient se voir appliquer des normes pharmaceutiques et les fabricants devraient être exclusivement de vrais laboratoires pharmaceutique et la chaine de distribution devrait se limiter aux pharmacies..... Mais l'heure n'est pas à renforcer le monopole n'est ce pas ? Génération UBER .... voilà où l'on en est...
Patrick Duriez
12/01/2018
Pour une fois que les pharmaciens avaient l'occasion de démontrer à grande échelle, qu'ils étaient les seuls capables d'assurer à 100% la sécurité sanitaire des produits qu'ils distribuent... et d'en disqualifier les grandes surfaces... dommage... une belle occasion de perdue...
alindust
12/01/2018
Si même les pharmacies - en principe rodées depuis belle lurette à la question des retraits de lots - s'avéraient incapables de bloquer quelques boîtes de lait, alors comment voulez-vous justifier le soi-disant avantage du circuit pharma sur la grande distribution en terme de sécurité sanitaire ? lamentable....
ducharne valérie
12/01/2018
nous avons retourné pour 676.93 euro hors taxe de produits PICOT à notre grossiste le 21.12.2017 comment serons nous indemnisés ? merci pour votre réponse
Ajouter un commentaire

Articles similaires