Un élu pharmacien pour un numerus clausus d’installation aux médecins

Michel Gabas, pharmacien de profession, maire et conseiller départemental d'Eauze (Gers) a adressé une lettre au Premier ministre Édouard Philippe lui reprochant de ne rien faire contre la désertification médicale, selon une information révélée par La Dépêche du Midi.
« Quand ce scandale d'État va-t-il cesser ? », interroge Michel Gabas. Non convaincu par le développement des maisons de santé pluridisciplinaires et la télémédecine voulue par le gouvernement dans son récent plan de lutte contre la désertification médicale, Michel Gabas reproche une « vision urbaine de la médecine où l'hôpital devrait occuper un rôle central avec des moyens colossaux au niveau technique et humain » qui n’est selon lui pas la « réalité d'aujourd'hui ». Dans ce courrier, le pharmacien propose le raccourcissement des études de médecine générale, de pharmacie et de chirurgie dentaire hors spécialisation. Il invite également le Premier ministre à ne pas « craindre de contrarier les syndicats de médecins libéraux, fossoyeurs de la santé en France au nom de leur sacro-sainte liberté d'installation », en optant pour un « numerus clausus d'installation aux médecins pour assurer un maillage territorial digne d'un pays comme la France ». Cette prise de position n’a pas manqué de provoquer la réaction de certains médecins sur les réseaux sociaux. 

Source : le Généraliste 11/11/2017
Commentaire
Benoît Le Pan
14/11/2017
Bravo, voilà une position courageuse et logique, le conventionnement doit impliquer une mise au service de la collectivité qui finance. Il faudrait même imaginer que la gratuité des études financées par la collectivité soit assujetie à un nombre d'années d'exercice effectif, ce qui éviterait la multiplication des diplômés n'exerçant pas. Il en va de même pour une obligation de garde, identique à celle des pharmaciens, qui désengorgerait les urgences.
pharmacien
13/11/2017
bravo ! enfin une proposition efficace. Ras le bol des syndicats de médecins qui luttent pour installer des confrères...
CODINA ALAIN
13/11/2017
Bravo Mr GABAS de monter au créneau , en effet le seul moyen d'avoir un maillage de médecin suffisant est de passer par le numerus clausus mais les politiques ont peur et tout est fait pour plaire aux médecins : augmentation de leurs honoraires et en même temps baisse de remboursement pour les médicaments le matériel médical etc...
Ajouter un commentaire