La FSPF réagit aux nouvelles baisses de prix des génériques

La FSPF persiste dans sa dénonciation des pertes programmées du réseau officinal. Le comité de suivi des génériques (CSG) qui s’est tenu la semaine dernière a confirmé et amplifié les craintes du syndicat.
« En dépit des 70 millions d’euros apportés par les nouveaux taux de marge issus de l’avenant conventionnel n° 11 sur l’année 2018, les mesures envisagées, applicables dès janvier prochain, vont entraîner une perte de plus de 130 millions d’euros ».
Pour la FSPF, avant même d’avoir débuté l’année et au travers d’un seul CSG, l’officine perd déjà près de 60 millions d’euros… sans compter l’impact des autres mesures qui découleront de l’application du PLFSS pour 2018.
Pour ces raisons, la FSPF demande immédiatement aux autorités de tutelle l’ouverture de nouveaux champs de négociations afin de soutenir le réseau officinal « seul garant d’une dispensation de qualité et d’égal accès aux soins pour tous ». La FSPF réclame la rémunération des interventions pharmaceutiques, la création d’une ROSP structure pour les officines en territoires fragiles, la mise à plat de l’économie du générique, la suppression de la marge dégressive lissée et une véritable valorisation de l’honoraire à l’ordonnance.

Source : Communiqué de presse FSPF 16/11/2017
Commentaire
R.V.
20/11/2017
C'est bien fait pour nous ! Et puis il faut bien que Mme Buzin trouve , chaque année , le milliard d'euro nécessaire à l'écoeurante augmentation de revenu qu'elle s'est empressée d'offrir à ses amis médecins . En Physique ça s'appelle le principe des vases communicants . De nos jours elle sait qu'on peut vivre avec 800 euros nets / mois . Mais les médecins ont besoin de 10 à 20 fois plus . CQFD
Ajouter un commentaire