Filières en tension : le dernier mot doit revenir au bachelier

Suite à la présentation du Plan Étudiants lundi 30 octobre 2017, les fédérations de filières étudiantes jugent les propositions encourageantes mais annoncent qu’elles resteront vigilantes à ce que les filières sous tension ne soient pas abandonnées. Le Plan Étudiants annoncé mise sur l’orientation dès le lycée et inclut une refonte de la procédure d’admission pour les bacheliers. Les différentes modifications proposées pour cette procédure, notamment les “attendus” à l’entrée de chaque filière, se font dans le respect d’un principe défendu par les associations étudiantes du réseau de la FAGE tout au long de la concertation : la décision finale de l’orientation doit revenir à l’étudiant. Cependant, les fédérations représentatives des étudiants en STAPS, en sciences sociales et des filières issues de la PACES tiennent à avertir que leurs filières, marquées par une inadéquation entre le nombre de candidats et les capacités de formation, ne doivent pas être laissées pour compte. Les étudiants souhaitant intégrer ces filières sous tension, dès lors que les capacités d’accueil seraient dépassées, se verront être sélectionnés sur la base de leur motivation, leur dossier et leur parcours académique antérieur. L’insuffisance des capacités d’accueil ne peut en aucun cas devenir un motif de refus d’admission dans une filière par l’Université. Les résultats de la réforme n’étant pleinement visibles qu’à moyen terme, le lancement d’un plan d’urgence pour la rentrée 2018 pour les filières en tension est une absolue nécessité afin de rendre le principe du “dernier mot au bachelier” concret et tangible pour toutes les formations et tous les étudiants. 

Source : Communiqué de presse FAGE 31/10/2017
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire