Décontractyl, Apaisyl et Sédermyl menacés d’être retirés du marché

Leur balance bénéfice-risque ayant été jugée défavorable, Apaisyl gel 0.75% Sédermyl 0.75%, Décontractyl 500 mg et Décontractyl baume, couramment utilisés en automédication pour les piqûres de moustiques concernant les deux premiers ou les douleurs musculaires pour le Décontractyl, pourraient se voir retirés du marché.
La Commission de suivi du rapport entre les bénéfices et les risques des produits de santé du 3 octobre a mis en avant un "risque de réactions cutanées rares, mais graves" pour l’Apaisyl et le Sédermyl à base de chlorhydrate d'isothipendyl. Quant au Décontractyl®, sa substance active, la méphénésine, un myorelaxant central utilisé depuis le milieu des années 1940 pour son effet antispasmodique, est associé à "plusieurs cas marquants graves d’hypersensibilité, de réactions locales et de malaise". De plus, les autorités sanitaires auraient reçu des signalements d'abus et de dépendance identifiés avec le Décontractyl en comprimés. La Commission a estimé que pour la forme orale et pommade, ce traitement était plus risqué que bienfaisant.

Téléchargez le rapport : 

Source : ANSM 03/10/2017 
Commentaire
Brebion. E
11/11/2017
Bien d’accord avec l’opinion précédente arrêtons de supprimer les molécules avec risque zéro qui n’existe Pas et faisons confiance aux professionnels de santé leurs conseils si un médicament est assez puissant pour soigner il peut aussi intoxiquer. c’est aussi pour cela que les études pharmaceutiques sont poussées en toxicologie on ne se soigne pas qu’avec l’image d’une petite fleur
Séverine DARDEL
10/11/2017
Mais où va t-on ? Bien sûr que les médicaments peuvent être dangereux mal utilisés ! Un médicament n'est pas un bien de consommation courante et sa délivrance doit être accompagnée de conseils pertinents. C'est ce que font les pharmaciens ! Et arrêtons de viser le risque zéro. Ce n'est pas en les supprimant que l'on va régler le problème. A croire que derrière cela se cache un lobbying des médecins visant à casser le marché de l'automédication. Rapporté à leur historique de commercialisation et le nombre d'unités vendues et ingérées, le nombre d'effets secondaires est faibles.
Ajouter un commentaire