Pilules C3G et C4G : affaire classée

Dans sa décision datée du 16 juin, le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. L'enquête n’a pas permis de "caractériser" une infraction pénale.
Suite à la plainte de Marion Larat en 2012 devenue lourdement handicapée après un AVC qu'elle imputait à la prise de Meliane, pilule de 3e génération, 130 autres plaintes avaient été déposées pour "atteinte involontaire à l'intégrité de la personne" visant 29 marques de pilules de 3e et 4e générations, huit laboratoires pharmaceutiques et l'Agence nationale du médicament (ANSM). Diane 35, anti-acnéique largement prescrit comme contraceptif, figurait aussi parmi les médicaments en cause.
Si les magistrats admettent l’existence de risques connus de développer une pathologie thrombo-embolique au niveau collectif, il n'est pas possible, selon eux, de prouver "avec certitude" à l'échelle individuelle que l'accident médical était dû à la prise de ces pilules. Ils soulignent également que ces risques étaient mentionnés dans les notices dès 1987.
Selon l'avocat Jean-Christophe Coubris, la déception est forte chez les plaignantes et certaines de ses clientes prévoient d’ores et déjà de déposer une plainte avec constitution de partie civile visant des laboratoires et l’ANSM. La plainte de Marion Larat avait à l'époque conduit l'Agence du médicament à renouveler ses recommandations. Depuis, les parts de marchés des pilules contraceptives de 1er et 2e générations sont en constante augmentation par rapport aux dispositifs de 3e et 4e générations, données confirmées par l’ANSM en mars dernier.

Source : Le Généraliste 19/09/2017
Commentaire
RADER Serge
21/09/2017
Un classique dans toutes les affaires sanitaires françaises où la règle est la relaxe, le classement sans suite ou le non-lieu. Le sort des victimes, le cadet des soucis d'un système totalement perverti avec une justice à la botte du pouvoir politique soumis au lobby des multinationales pharmaceutiques. Tous ces scandales vont bien finir par une révolte mille fois justifiée des citoyens. A quand l'étincelle qui va tout embraser ?
Ajouter un commentaire