Mediator : une première victime indemnisée de 7 650 €

La Cour de cassation vient de marquer un tournant dans l’affaire du Mediator. Par un arrêt rendu le 23 septembre 2017, le laboratoire Servier a été reconnu responsable de l’état de santé d’une plaignante à qui ce médicament avait été prescrit pendant une durée de 3 ans.
Par cet arrêté, la Justice reconnaît que le laboratoire Servier avait connaissance des effets secondaires (hypertension artérielle pulmonaire et valvulopathies) provoqués par le Mediator largement prescrit en France pour son effet coupe-faim. La plaignante, qui réclamait plus de 40 000 €, a été indemnisée à hauteur de 7 650 €. On lira dans Passeportsanté.net le commentaire de Maître Martine Verdier, avocate de la plaignante « Les laboratoires Servier ne peuvent plus [...] affirmer qu’ils ignoraient la nocivité de leur médicament. La Cour a validé les études internationales qui signalaient dès 1998 les dangers du Mediator, et qui ont conduit à son retrait du marché dans d’autres pays européens ».
Selon les estimations, entre 1 520 et 2 100 décès ont pu être provoqués par ce médicament commercialisé en France pendant plus de 30 ans. Cet arrêté de la Cour de cassation intervient en parallèle d’une ordonnance de renvoi du laboratoire Servier et de l’Agence nationale de sécurité du médicaments (ANSM) devant le tribunal correctionnel, épilogue d’un long feuilleton judiciaire au pénal. 

Source : Passeportsanté.net 25/09/2017
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire