Loi de financement de la Sécu : le médicament paie le prix fort

​Comme attendu, le gouvernement a présenté hier matin son projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. Le médicament paie le prix fort. 1,49 milliards d’euros d’économies, pour ne pas dire 1,5 milliards, sont attendus sur les produits de santé et les génériques dans le cadre du régime obligatoire. Ces économies seront principalement réalisées grâce à de nouvelles baisses de prix sur les médicaments, à la maîtrise des prescriptions et à la promotion des génériques. Ces efforts devraient contribuer à réduire le déficit global de la Sécurité sociale de 3 milliards d'euros en un an, le ramenant à son plus bas niveau depuis 2001 - dernier excédent recensé - moyennant 4,2 milliards d’économie dans la santé. Autrement dit, les économies demandées sur le médicament comptent pour plus de 35% des économies prévues dans le secteur de la santé. La FSPF est intervenue pour appeler notamment à un plan de développement des génériques et à la sortie des biosimilaires. Réponse du ministère, un plan est effectivement attendu pour 2018-2020. La sonnette d’alarme a également été tirée sur le fait que les pharmaciens, directement impactés par ces mesures d’économies, ne pourront pas maintenir le même niveau de services.

Source : Celtinews 29/09/2017 
Commentaire
G B
30/09/2017
La volonté de démolir le secteur de la pharmacie ne fait plus aucun doute . La cour des comptes a annoncé la couleur , une pharmacie sur deux doit disparaître !!!!
pons dominique
29/09/2017
c'est tellement plus facile et plus plaisant pour les groupes d'intérêts !!!!
Ajouter un commentaire

Articles similaires