Vers la fin de la codéine en vente libre ?

Vendues sans ordonnance en comprimés ou sirops entre 2 et 5 euros, certaines substances codéinées offrent aux adolescents une façon simple et économique de se droguer. Pour augmenter l'effet euphorisant de la codéine, les jeunes associent ces médicaments à des alcools forts, mélanges souvent dévastateurs pour l'organisme. Les adolescents n'ont pas forcément conscience de ces risques d'intoxication grave, voire de dépendance à long terme. Pour éviter des drames, certains pharmaciens déjouent bien sûr les stratégies : « Ce sont les mêmes stratagèmes répétitifs, souligne Philippe Benfredj, pharmacien, ils sont donc très faciles à identifier. Ils veulent de la codéine pour leur père, pour leur mère… ou pour eux-mêmes car ils toussent. Et ils veulent ce produit et pas un autre. Les jeunes ne veulent aucune substitution, même si on peut leur enlever leurs symptômes ». Mais depuis le début de l'année 2017, l’Agence du Médicament a reçu quatorze signalements d'abus de codéine chez des jeunes, dont deux sont morts et ces chiffres sont sans doute bien au-dessous de la réalité. Face à l'ampleur du phénomène, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) envisage d'interdire la vente libre de ces substances codéinées, une piste défendue par la mère d'une victime dans une pétition lancée sur Internet. 
 
Source : Francetvinfo.fr 10/07/2017
Commentaire
christine b
17/07/2017
on autorise puis on interdit !! l'alcool tue il reste en vente libre! le tabac tue il reste en vente libre ! la codéine tue ( parce qu'elle est détournée ) alors on la réglemente et la sécu ( c'est à dire nous ) va devoir prendre en charge les visites médicales des personnes qui l'utilisent pour leur santé , c'est vrai qu'en France les médicaments sont responsables de beaucoup de maux !!! la question est plus de savoir pourquoi les jeunes la détourne que de la laisser en vente libres avec les conseils des pharmaciens !
Eva voisin
12/07/2017
La vente de camions doit être interdite ils peuvent devenir béliers Cela s appelle un message
Durand Marie
11/07/2017
Pourquoi ne pas délivrer en dessous de 18 ans?
Dubreuil Luc
11/07/2017
C'est toujours la même chanson. Sous prétexte que certains détournent le médicament de leur usage on va supprimer un médicament vieux comme le monde ou le rendre accessible sur ordonnance. Le jour où pour une toux rebelle avec des douleurs costales je désirerai prendre de la codéIne je serai obligé d'aller chez le médecin pour avoir une ordonnance. De toute façon supprimer la codéïne , ils utiliseront d'autres drogues. Aussi dramatique que soit la perte d'un enfant ce n'est pas l'émotion qui doit guider la décision mais l'intérêt thérapeutique d'une molécule connue depuis des siècles
olivier G
11/07/2017
Quand j'ai commencé il y a 30 ans on en parlait déjà. Les autorités de santé refusaient cette "restriction" parce que la vente libre constituait notamment, selon elles, un garde fou contre les drogues plus dures.... 30 ans pour réfléchir et se dire que c'est peut-être une mauvaise idée !! et après combien de morts, accidentés, dépendants volontaires ou involontaires... ? Il ne faut se contenter de l'envisager, il faut le faire !!
antoine hurard
11/07/2017
pas chez Leclerc c est certain ....
alindust
11/07/2017
Cela fait des décennies que l'on trouve, ça et là sur les trottoirs, des boîtes de Néocodion....et voilà nos experts qui tombent de l'armoire !!
schmidt thierry
11/07/2017
je préfèrerais un statut où le pharmacien serait libre de conseiller ces produits , essentiellement comme antalgique de pallier 2 mais où cela constituerait une prescription pharmaceutique et où le pharmacien serait également totalement libre de ne pas délivrer . Aujourd'hui cela peut être compliqué juridiquement
Ajouter un commentaire