Convention pharmaceutique : la FSPF claque la porte

La FSPF a décidé de quitter la séance, laissant la réunion du 5 juillet co​ntinuer sans elle.
Le syndicat appelle les Pouvoirs publics et les ministres concernés à donner à l’Assurance maladie les moyens d’une convention ambitieuse afin de poursuivre la transformation du réseau. En dépit de 10 séances de négociations et de multiples réunions techniques, le syndicat juge que les conditions économiques ne sont toujours pas réunies pour faire de cet accord conventionnel une réussite. Des améliorations telles que l’augmentation de la part des honoraires ou le développement de missions autour des patients polymédiqués ont été reprises mais l’enveloppe financière proposée ce jour par l’Assurance maladie n’est pas à la hauteur des besoins du réseau. Les garanties proposées par l’Assurance maladie pour limiter l’impact des baisses de prix sont insuffisantes. Les propositions faites pour la période 2017-2022 sont inférieures à l’investissement connu sur la précédente convention. Au total, ces propositions sont INACCEPTABLES pour la FSPF et ne correspondent pas aux besoins économiques revendiqués par les syndicats représentatifs de la profession. Elles ne permettent pas de redonner envie aux jeunes générations et de développer l’attractivité de la pharmacie d’officine. La Fédération et son Président refusent la politique du « moins pire » et « revendiquent plus que jamais un projet d’avenir pour que tous les Français puissent continuer à bénéficier d’une pharmacie de qualité et de proximité ».

Source : Communiqué FSPF 05/07/2017
Commentaire
canard déchainé
10/07/2017
bla bla bla ! quand un syndicat s'en va , l'autre reste ! toujours un qui veut se faire l'interlocuteur privilégié de la sécu ! pour signer des accords suicidaire pour la profession! pfff
rb
08/07/2017
Négocier avec un seul interlocuteur qui tient la bourse de plus en plus vide est voué à l'échec... Sauf à avoir des arguments qui l'amènent à décider de la renflouer, mais visiblement les syndicats n'ont pas trouvé. Mes chers confrères, quels arguments proposez-vous? Pour ma part, je propose: ---lancer une pétition pour que notre interlocuteur obtienne une grosse promotion, et mettre à sa place un pharmacien..., ou encore -prendre des contacts avec d'autres organismes payeurs, privés, ceux qui participent déjà pour une grande part au remboursement des médicaments, et qui, depuis l'obligation pour les employeurs de fournir une mutuelle à ses employés, se regroupent, et vont finir, pour ceux qui vont rester, par devenir très riches et très influents.
FR
06/07/2017
Diantre, la FSPF dit non?! Chapeau bas!
RADER Serge
06/07/2017
L'industrie pharmaceutique tient les rennes, ce n'est pas à l'assurance maladie de financer la juste rémunération des pharmaciens et des grossistes; il faut reprendre sur les marges pharaoniques dégagées par les firmes pharmaceutiques qui s'en servent pour asseoir leur lobby auprès des décideurs politiques à leurs bottes. C'est donc main dans la main que l'officinal et la répartition doivent monter au front et, s'il le faut, paralyser la filière pharmaceutique. Sinon c'est la disparition du réseau tel que nous le connaissons....
patin jean marc
06/07/2017
ça ne sert plus à grand chose de claquer la porte maintenant ....il ne fallait surtout pas l'ouvrir sans avoir toutes les garanties préalables ....vous ne savez peut être pas que le service des litiges des prescriptions est en fait, appelé à l'assurance maladie , le service des FRAUDES.... ce qui donne le niveau de perception du personnel vis à vis des professionnels de santé.... allez discuter avec des gens qui vous croient coupable avant même d'être accusé...
jean lamarche
06/07/2017
Bravo ! Et cela correspond exactement au contenu du discours (de 90 min) du nouveau Président des français. Je cite: "L'action politique (ici syndicale) n 'a de sens que si elle est accomplie au niveau d'une certaine idée de l'homme, de son destin,de sa valeur indépassable et de sa grandeur'' Ce que demande la FSPF n'est pas l'enrichissement des pharmaciens mais la simple possibilité de leur permettre d'exercer leur métier et de s'y consacrer sans craindre les dépôts de bilans.Notre métier est totalement consacré au service de ceux qui ont le plus besoin d'encadrement sanitaire prés de chez eux.
maintenansassu philippe
06/07/2017
Enfin on réagit avec vigueur ! Redemandons maintenant une marge à 5% sur les médicaments chers....
Ajouter un commentaire