Codéine sur ordonnance : une gestion au pied levé !

​D’application immédiate, la décision prise par le ministère de la santé le 12 juillet par décret, d’inscrire les médicaments à base de codéine sur la liste des produits délivrés sur ordonnance, n’a pas d’équivalent dans son immédiateté. Les pharmacies ont parfois été prises de cours. 
Une publication du Monde parue samedi se fait l’écho de quelques témoignages.  « Il y a eu un flottement », assure une jeune pharmacienne, dans le XIVe arrondissement de Paris. Certaines officines ont stoppé la vente dès la signature de l’arrêté, le 12 juillet, quand d’autres l’autorisaient encore le 13, quelques-unes permettant encore à leurs patients de faire des stocks à la veille du 14 juillet. « Des remontées de ce type, avec des patients cherchant à constituer une réserve et des pharmaciens un peu pris au dépourvu, on en a eu les premiers jours », a confirmé Alain Delgutte, de l’ordre national des pharmaciens.
Pour autant, aucun phénomène de stockage significatif n’a pu être constaté au niveau général autour du 12 juillet. Pour Patrick Guérin, dirigeant d’OpenHealth, spécialiste français du traitement des données de santé, l’analyse des ventes de plus d’une pharmacie sur deux nous montre qu’« Il y a eu un léger pic de ventes hors prescription le 13 mais qui ne semble pas significatif à la veille d’un long week-end ». Ni l’ordre national des pharmaciens, ni l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine ne conteste la mesure mais la méthode pose question. D’après Alain Delgutte « Les changements de réglementation dans un délai aussi court sont extrêmement rares. Il faut gérer des stocks de produits qui ne peuvent plus être conseillés ni vendus ». De son côté, l’ANSM fait valoir qu’une interdiction de vente aux mineurs aurait été plus longue à obtenir et n’aurait pas permis de protéger les jeunes de plus de 18 ans, situation intolérable à la veille des vacances.

Sources : le Monde 22/07/2017
Commentaire
lamarche jean
07/08/2017
Dans un pays responsable digne de ce nom, il aurait du suffire que le ministère de la Santé demande à l'Ordre des pharmaciens de faire passer un message (immédiat par l'alerte informatique des ordinateurs dès l'ouverture) de ne plus délivrer de boites aux moins de 18 ans. carte d'identité à l'appui...A quoi servons nous aujourd'hui en dehors d'être considéré comme des fournisseurs en ruptures de stocks. Pas une seconde cette idée est venus à l'esprit de l'ANSM.
Ben
26/07/2017
Notre pays et sa population ne supporte pas l'idée du "risque", pour quelques inconscients on bloque tout. Résumé des traitements disponibles homéopathie, phyto, et comme on l'entend de plus en plus de la bouche des patients, le médecin conseille de bien se réhydrater, les sirops ça sert à rien! 25€ le verre d'eau, ça va avoir du mal à passer...
vally Roubab
25/07/2017
que donner en conseil pour toux seche ou forte migraine alors;,,,
Laurandin Bruno
24/07/2017
Et bien voilà. Nous qui demandons des molécules efficaces pour faire des conseils pharmaceutiques pertinents, on nous sacrifie sur l'autel de l'usage illicite de drogues récréatives. Il nous reste perlimpinpin et escampette et l'orientation vers un médecin débordé ou pire l'hôpital pour gérer une rage de dents, une toux sèche, une migraine d'un soir... les infirmières sont vent debout contre la vaccination, les biologistes contre le dépistage et les trods, les médecins contre les entretiens et l'état contre notre marge si facilement gagnée. il n'y plus que ceux qui passent notre porte pour être reconnaissant de notre travail! Mais que diable allait-il faire dans cette galère!!!
habib andre
24/07/2017
comme d habitude quoi qu'il arrive les pharmaciens feront donc les frais après ce retrait , que faire des stocks de sirops comprimés etc a base de codeine qui etaient vendus sans ordonnance
bl al
24/07/2017
Le pharmacien est à nouveau déconsideré.On n'est pas capable de faire la part des choses et de savoir à qui conseiller des produits codéinés. On est juste bon à vendre des boites sans dicernement Au moment des négociations cela aurait pu être un point soulevé .
robin yves
24/07/2017
formidable idée pour proteger 5% de la population on pénalise 95% du reste que va t on conseiller sur une douleur aigue ? d'aller engorger les urgences ?
vally Roubab
24/07/2017
on a quand meme un stock de neo codion de codoliprane et de prontalgine qui vont rester sur les bras!
Ajouter un commentaire

Articles similaires