Des pharmaciens plus jeunes, investis et regroupés !

Comment la profession a-t-elle évolué en termes d’âge, de sexe ? Qu’en est-il du nombre d’officines, du maillage territorial ? Quels modes d’exercice émergent et quel avenir pour la profession ? Autant de questions qui trouvent réponses dans le dernier panorama de l’Ordre national des pharmaciens au 1er janvier 2017. 
Tout d’abord, le métier de pharmacien ne cesse de se féminiser avec une augmentation de 5,7% de femmes exerçant ce métier au cours des dernières années. Plus de 80% des pharmaciens d’officine sont des femmes, et 75% des pharmaciens exerçant en établissement de santé sont des femmes. 
Pour la 1ère fois depuis 10 ans, la tranche d’âge des moins de 33 ans est la plus représentée. Les jeunes s’installent de plus en plus tôt pour anticiper les départs à la retraite. Animés d’un bon esprit d’initiative, ils sont attirés par les nouvelles missions (vaccination, consultation diabète…). 1/3 des officinaux se consacrent aux entretiens personnalisés de suivi et les adjoints sont de plus en plus présents dans les officines. Pour l’Ordre qui présentait jeudi dernier les conclusions de son panorama, le renouvellement de la profession est assuré. 
Avec 21 403 officines en France soit 33 officines/100 000 habitants, la France enregistre une valeur supérieure à la moyenne européenne. 4/5 personnes disposent d’une officine dans leur commune de résidence et 97% de la population est à moins de 15 min d’une pharmacie. 
Cette bonne répartition est néanmoins moins forte pour les autres métiers pharmaceutiques. Il existe en effet un contraste nord/sud pour les PUI (Pharmacie à usage intérieur) avec une surdensité dans le sud. Autres points notables, les pharmaciens chargés de la dispensation des gaz (nouvelles recommandations) sont en hausse de 10,4% par rapport à 2016 et la restructuration du réseau officinal se poursuit avec 188 fermetures/cessions d’officines en 2016 soit +13%. 
Enfin, la modification des comportements et la recherche d’un équilibre entre vie professionnelle et vie privée favorisent les regroupements qui permettent également de réduire le risque financier. La SEL (Société d’exercice libéral) devient le premier mode d’exercice et d’exploitation (x4,6 en 10 ans) et les SPFPL (Sociétés de participation financières de professions libérales) ont triplé en 3 ans avec une augmentation de 49% en 2015. 

Source : Conférence de presse Ordre national des pharmaciens 08/06/2017
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire