Le risque cardiaque élargi à tous les AINS

​Le Comité de Pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) a déjà averti que l’ibuprofène, un AINS (Anti-inflammatoire non stéroïdien) très couramment utilisé, à des doses quotidiennes égales ou supérieures à 2 400 mg est associé à une augmentation du risque cardiovasculaire. Une étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ) rapporte que cette augmentation du risque vaut pour tous les AINS. Et, pour certains patients déjà à risque cardiaque élevé, prendre un traitement même de courte durée suffirait à augmenter le risque voire à déclencher l’événement. 
La méta-analyse menée par les chercheurs de l’Université McGill (Canada), du Centre Hospitalier de l'Université de Montréal, de l’Hospital District of Helsinki et du Leibniz Institute for Prevention Research and Epidemiology (Allemagne) a porté sur les données de 446 763 personnes ayant participé à de grandes études d'observation. Les chercheurs ont analysé ces données, en tenant compte d'un large éventail de facteurs de confusion possibles puis calculé le risque de crise cardiaque pour 5 AINS, pris sur différentes périodes, durées et à différentes doses. L’analyse conclut que : l'utilisation récente et actuelle d'un AINS est liée à un risque accru de crise cardiaque par rapport à l’absence d’utilisation d’AINS au cours de la dernière année, le risque augmente avec l'utilisation d’un AINS au cours de l'année ou du mois précédent, le risque est encore plus élevé dans les 8 à 30 jours qui suivent la prescription, le risque qui marque un pic à un mois, s’effondre ensuite, le risque accru de crise cardiaque pour toute dose d'AINS pendant la première semaine d'utilisation, vs aucun usage au cours de la dernière année, s’élève à : pour le diclofénac : risque augmenté de 50%, pour l'ibuprofène : risque augmenté de 48%, pour le naproxène : risque augmenté de 53%, pour le nofecoxib : risque augmenté de 58%. Des doses plus élevées (plus de 1 200 mg par jour pour l'ibuprofène, plus de 750 mg par jour pour le naproxène et plus de 25 mg par jour pour le rofécoxib) augmentent encore le risque.
Cette étude, la plus large jamais réalisée sur le sujet, montre donc que l'utilisation actuelle de tous les AINS est associée à un risque accru d'infarctus aigu du myocarde. L'étude précise que tous les AINS couramment utilisés sont liés à un risque similaire de crise cardiaque, que le risque augmente généralement avec la dose et qu'il est le plus élevé au cours du premier mois de traitement.

Source : BMJ 09/05/2017 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire