Les médicaments anti-Alzheimer vont continuer à être remboursés

Dans un communiqué rendu public hier, mardi 11 avril, Marisol Touraine a confirmé sa volonté de ne pas toucher, dans l’immédiat, au remboursement des médicaments anti-Alzheimer pourtant jugés insuffisants par la Haute autorité de santé (HAS), leur déremboursement pouvant « entraîner une perte de chance pour les patients ». 
La position de Marisol Touraine s’appuie sur le rapport « Quel parcours pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? » qui lui a été remis le même jour. Le rapport préconise le maintien du remboursement des traitements, lesquels font partie d'une approche globale comprenant des alternatives médicamenteuses, un accompagnement médico-social et le soutien des aidants. Selon le rapport, les traitements alternatifs non médicamenteux ou les interventions psycho-sociales, n’ont pas montré leur efficacité en termes de rigueur scientifique et la prescription des médicaments anti-Alzheimer actuels reste un petit outil d'amélioration possible de la qualité de vie des patients d’un coût modeste pour l’Assurance maladie. La mesure ne devrait en effet pas coûter plus de 90 000 euros, coût correspondant à la baisse attendue du déremboursement.
Alors que les médicaments anti-Alzheimer suscitent le débat depuis plusieurs années dans le monde de la santé avec globalement les généralistes qui les jugent peu efficaces et non dénués d’effets secondaires et les médecins spécialistes, en particulier les neurologues et  gériatres, qui leur sont plutôt favorables, l’urgence n'est donc pas au déremboursement de ces molécules mais bien à la mise en place d'un parcours et d'un protocole de soins pour les patients.

Source : Communiqué Ministère de la Santé 11/04

 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire