Giphar revendique plus de moyens pour atteindre le grand public

IMA-EDV-170308-PUB_VH.jpgPremier réseau français de pharmacies sous enseigne avec 1 350 officines, Giphar ambitionne d’ « Etre l’enseigne préférée du grand public » et déploie son identification chez tous les adhérents du groupement.
Dans un contexte où la communication reste très limitée, l’identification de l’ensemble des façades permet de gagner en visibilité et d’accroître la notoriété des pharmacies du groupement qui bénéficient avec la « marque Giphar » du taux de reconnaissance le plus élevé du paysage pharmaceutique : 36% en assisté et 8% en spontané.
Une forte identification permet de bénéficier pleinement d’une promotion importante pour accélérer la reconnaissance de la marque par le grand public et favoriser les pharmacies du réseau, mais... Si Giphar entreprend (sites web, magazine, applis, campagnes presse et radios, …) le groupement déplore un droit à la communication des pharmaciens et groupements aujourd’hui insuffisant.
Régie par le code de déontologie et le code de la santé publique, la communication officinale est quasi impossible en dehors du point de ventes à l’heure ou Internet et les réseaux sociaux abolissent les frontières et que d’autres acteurs ne subissent pas les mêmes contraintes. L’étude réalisée par le cabinet Astérès-Rinzen dans la plupart des pays d’Europe et d’Amérique du Nord, démontre que communiquer c’est améliorer l’observance, renforcer la prévention en incitant à consulter et favoriser le suivi efficace des traitements. Autoriser les groupements à communiquer engendrerait 1,3 milliard d’euros d’économies et contribuerait à créer plus de 10 000 emplois. Alors pour Giphar, il est temps de laisser les groupements de pharmaciens communiquer sur les services et les produits hors monopole.    
 
Source : Communiqué Giphar 13/04
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires