Que nous révèle l’enquête « Avenir Pharmacie » ?

L'étude Avenir Pharmacie réalisée par Satispharma et Opinion Way pour les trois syndicats de la profession (FSPF, Uspo, UNPF), l'Association nationale des étudiants en pharmacie de France (Anepf), Janssen, Biogaran et l'OCP a interrogé 4 043 patients, 521 titulaires et 197 membres d’équipes officinales. 
D’une façon générale, il en ressort que les pharmaciens sont heureux dans leur travail (70% se déclarent assez heureux ou très heureux) et notamment pour les plus jeunes d’entre eux (86% des 25-34 ans), même si leurs prévisions d’activité pour 2017 sont mitigées. De leur côté, les patients sont ouverts à un certain nombre de services qui les aideraient à être plus observants. Un peu plus du tiers d’entre eux seraient intéressés par la préparation d’un pilulier par le pharmacien et un peu plus du quart seraient prêts à payer jusqu’à dix euros pour ce service. Les équipes officinales estiment bien la proportion des patients intéressés et la quasi-totalité des titulaires proposerait ce service à condition qu’il soit rentable. Encore une fois, les patients expriment leur confiance dans le pharmacien pour les aider à bien prendre leur traitement et les pharmaciens comme les patients sont intéressés par un entretien de 15 minutes dans ce but, la fréquence optimale de cet entretien étant d’au moins une fois par trimestre. Les patients sont également intéressés par une bonne coordination pharmacien-autres professionnels de santé. S’ils jugent globalement la prise de rendez-vous avec leur médecin généraliste plutôt facile, près de la moitié d’entre eux seraient intéressés pour se faire aider par le pharmacien à ce sujet… et 2/3 des patients seraient également intéressés par un entretien avec le pharmacien pour préparer leur retour de l’hôpital. Pour faciliter leur quotidien, 54% des patients se montrent favorables à la livraison des médicaments à domicile et 1/3 à l’autorisation à la vente d’assurances santé en pharmacie … proportion supérieure à celle des titulaires et à l’estimation des équipes. Plus de 9 pharmaciens sur 10 sont favorables à l'autorisation de prolonger certaines ordonnances et les 2/3 d’entre eux à l’autorisation de prescrire et interpréter les analyses de laboratoires. Dans un contexte où la proximité de la pharmacie au domicile est jugée indispensable par la quasi-totalité des patients, ceux-ci sont néanmoins prêts à changer de pharmacie pour bénéficier de conseils plus spécialisés sur leur maladie grave.

Pour plus de détails :

Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire