« Selfcare et automédication ne sont pas des gros maux »

Le slogan « Selfcare et automédication ne sont pas des gros maux », est celui choisi par l’AFIPA (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable) pour interpeler les candidats à l’élection présidentielle. L’Afipa associe le selfcare à 3 statuts de produits vendus en officine et disponibles sans prescription (donc non remboursés) : les médicaments d’automédication, les dispositifs médicaux (DM) / Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DMDIV) et les compléments alimentaires. 
L’objectif des industriels avec cette campagne débutée lundi : la prise en compte du selfcare dans les programmes de la présidentielle 2017.
« Compte tenu du contexte de santé actuel, les élections de 2017 représentent une opportunité majeure pour valoriser le selfcare comme un atout de santé publique», espère Dominique Giulini, président de l’Afipa. La croissance du selfcare est de +4,8 % en valeur par rapport à 2015 (soit 3 883 M€) et plait de plus en plus aux français. Cet engouement semble parfaitement s’illustrer par l’épidémie de gastro-entérite de décembre 2016 qui s'est traduite par une augmentation de +21 % de la fréquentation des officines françaises pour le seul mois de décembre par rapport à la moyenne de l’année (1). Selon Dominique Giulini, «L’automédication peut ainsi parfaitement réguler le parcours de soins pour les pathologies bénignes et doit en être la première étape. Si la France reste en retard par rapport à l’Europe.  l'Afipa projette que le développement de l’automédication permette de dégager 1,5 milliard d’euros d’économies en un an. Pourquoi Docteur nous rappelle qu’Il y a un an déjà, l’Afipa avait émis plusieurs propositions.  : - développer l’offre disponible en automédication en définissant une liste de pathologies bénignes et en délistant davantage de molécules ; - informer et former les patients via des campagnes d’information publiques et associer les professionnels de santé à cette réforme ; - assurer à tous l’accessibilité financière en intégrant les dépenses d’automédication à la CMU/C et en appliquant un taux de TVA adapté à 2,1%.

(1) Réalisé auprès du panel Xpr-SO® de la société OpenHealth, panel de 3 004 pharmacies représentatives du parc officinal français. Résultats en France métropolitaine hors Corse. Les données excluent les ventes sur ordonnance. Indicateurs réalisés à partir des ventes en automédication sur le conseil du pharmacien.

Source : Pourquoi Docteur 13/03

Commentaire
alberti gilles
17/03/2017
Pourquoi limiter le selfcare à 3 statuts, le statut cosmétique et le statut biocide représentent un nombre non négligeable de produits , qui sont également largement utilisés en automédication , voire même souvent sous la Marque Ombrelle de produits avec AMM: BIAFINE/CICABIAFINE et toute la famille....BEPENTHEN/ BEPENTHEN protect....... cdt
Ajouter un commentaire