IPSOS : rôle essentiel du pharmacien pour une automédication efficace

La grande enquête réalisée par l’Institut ISPOS en partenariat avec les laboratoires Pierre Fabre s’est intéressée à la façon dont les français perçoivent et pratiquent l’automédication.  Au cours de l’année écoulée, 8 français sur 10 ont pratiqué l’automédication pour un problème de santé bénin, principalement pour soigner des maux de tête (77%) ou des maux de gorge (69%), des rhumes, des rhinites (63%) ou des problèmes de toux (62%). 
En moyenne, ils ont eu recours à l’automédication 3 fois dans l’année. 
Si les jeunes sont ceux qui recourent le plus à l’automédication, la quasi-totalité des français (97%) se sent à l’aise avec l’automédication et 47% déclarent même se sentir tout à fait à l’aise, sachant très bien à quel moment consulter ou pas. 
La proximité (82%), les conseils du personnel (63%) et la disponibilité des médicaments recherchés (62%) sont les principales raisons évoquées pour se rendre directement à la pharmacie, moins de 20% des français accordant leur confiance aux informations fournies sur Internet. La confiance envers le pharmacien (93%) pour les conseiller confirme son rôle essentiel pour une automédication efficace. Dans 56% des cas, les français ont recours au pharmacien pour les conseiller sur le médicament qui leur conviendrait le mieux et le nomadisme est d’ailleurs peu de mise lorsqu’on parle d’automédication.  
Il est enfin intéressant d’apprendre que si les français sont attachés à leur système de santé, pour les ¾ d’entre eux, le système est néanmoins en danger. Conscients de la nécessité de le réformer, 74% des français déclarent que le remboursement des consultations pour des problèmes de santé bénins représente pour la sécurité sociale un coût important et plus d’un français sur 2 considèrent que certaines consultations au cours de l’année auraient pu être remplacées soit par un passage direct en pharmacie (52%) soit par un échange téléphonique (35%).

Source : Conférence de presse IPSOS / Pierre Fabre Consumer Health Care 01/02  


 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire