La vitamine D en question

Un nourrisson est décédé par « arrêt cardio-respiratoire » le 21 décembre après avoir reçu une dose d'Uvestérol D. L'ANSM (Agence nationale du médicament) qui a confirmé hier les conditions de décès du nourrisson, aurait alerté seulement vendredi  les CRVP (Centres régionaux de pharmacovigilance) et lancé une enquête sur un médicament sous surveillance depuis déjà 2006. Ce fait dénoncé par le Figaro sur son site dès le 2 janvier fait polémique autour d'un manque de réactivité de l'ANSM. Uvestérol D, indiqué pour prévenir les carences en vitamine D, notamment chez le nourrisson et l'enfant jusqu'à 5 ans et commercialisé par Crinex depuis 1990 a déjà fait l'objet de plusieurs mises en garde en raison de malaises et fausse-route en particulier chez des nourrissons prématurés et des nourrissons âgés de moins d'un mois. Depuis onze ans, des responsables de la pharmacovigilance ont régulièrement questionné la pertinence de commercialiser une présentation pour laquelle une dizaine de cas de malaise vagal ou de fausse route alimentaire sont signalés chaque année, réclamant à plusieurs reprises une suspension de l'Uvestérol pour lequel des alternatives existent. En 2010, la CNPV (Commission nationale de pharmacovigilance) avait demandé la contre-indication de l'Uvestérol D au cours du premier mois de vie. En novembre 2014, de nouvelles formules et présentations d'Uvestérol sont mises à disposition par les laboratoires Crinex, en réponse aux demandes de l'ANSM, notamment en diminuant le volume à administrer et en modifiant en conséquence les pipettes graduées. Les précautions d'emploi prévoyaient d'autre part la remise de fiches conseils aux parents par le médecin ou le pharmacien sur la manière d'administrer le médicament. A plusieurs reprises, la revue Prescrire a attiré l'attention sur le risque lié au mode d'administration d'Uvestérol, par l'intermédiaire d'une pipette doseuse, estimant que l'ANSM et la firme Crinex ne montraient pas une prise en charge sérieuse du problème. Les premières conclusions des investigations de l'ANSM seront connues dans les prochains jours, assorties selon l'ANSM des mesures qui s'avèreraient nécessaires. 
Commentaire
RADER Serge
03/01/2017
Encore un signe de négligence et de manque de réactivité, et de responsabilité, de la part des responsables de l'ANSM. A quoi servent ils? Je ne comprends pas non plus la nécessité de prescrire cet uvestérol dès la naissance, ça peut attendre.
olivier G
03/01/2017
Cette affaire est lamentable à tous les niveaux !!! Lamentable que l'information sorte après plus de 10 jours !!! Lamentable de voir un laboratoire et les autorités de santé qui persistent à maintenir commercialisé un médicament dont la présentation est largement réputée dangereuse !!! Lamentable que des journalistes et des médias qui ne connaissent rien à rien sème le doute sur la vitamine D elle-même et non sur le mode d'administration de cette présentation! Lamentable d'entendre des journalistes dire qu'il existe peu d'alternatives et sûrement en quantité insuffisante alors que l'uvesterol ne représente qu'une quantité minime par rapport à ses concurrents !!! Honte à tout notre système de santé et honte à tous ces médias racoleurs de sensations !!!
Ajouter un commentaire