Pourquoi préserver l’autonomie de nos systèmes de retraite ?

Les premières rencontres de la CAVP (Caisse d’assurance vieillesse des pharmaciens) se sont tenues à Paris le jeudi 24 novembre.  La nécessité de préserver et promouvoir le système de retraite des pharmaciens libéraux s’est imposée comme une évidence pour les représentants des syndicats comme pour les administrateurs de la CAVP conscients du désarroi des libéraux sur l’avenir des soins en France comme sur celui de leur propre activité. 
Un nouvel environnement macroéconomique s’est imposé depuis 2008, qui n’est pas temporaire, et met à mal la pérennité des systèmes de retraite tout comme elle accroit le danger de voir disparaître les fonds de réserve accumulés si on n’y prend pas garde.  Au rang des principales causes, une croissance économique qui s’établit désormais à moins de un pourcent par an en France, sans grand espoir de revirement, sauf pour ceux qui voient dans les innovations d’aujourd’hui les moteurs d’une dynamique de nature à changer le cours de notre économie. A cette absence de croissance, vient se greffer un véritable choc démographique. Depuis deux décennies, l’espérance de vie augmente continuellement avec désormais trente ans de retraite à financer par personne. Les cotisations d’aujourd’hui sont attribuées aux allocataires d’aujourd’hui et les pensions de demain dépendent des actifs de demain.  En 2016, une pharmacie ferme en moyenne tous les jours contre une tous les deux jours en 2015 posant un vrai problème de nombre de cotisants. En parallèle, une analyse plus poussée montre que 20% de jeunes s’installent et que 48% des officines qui ont changé de titulaire ont été rachetées par des moins de 37 ans. A la tendance démographique négative s’ajoute donc la difficulté de modéliser l’avenir de la profession, même si des signes positifs existent. Pour clore le tout, l’économie nationale doit composer avec des taux d’intérêt particulièrement faibles pour tenter de compenser le manque de croissance. Dans ce contexte délicat, où l’Etat pourrait être tenté de lorgner sur leurs réserves (plus de 7 milliards d’actifs pour la CAVP) pour financer le déficit public, les pharmaciens sont plus que jamais attachés à leur Caisse de retraite. Au cours de cette semaine, nous reviendrons sur l’originalité et la force du système que les pharmaciens ont su construire ainsi que sur les avantages du régime par capitalisation, une voie d’avenir pour des pharmaciens résolument précurseurs et entrepreneurs.

Source : Rencontres de la CAVP 24/11/2016

 
Commentaire
Durand Monique - Présidente de la CAVP
28/11/2016
Merci beaucoup d'avoir relayer cet évènement : cette première édition des Rencontres de la CAVP, où les décideurs de la profession (représentants Ordinaux et Syndicaux) étaient conviés, avait effectivement pour objectif de mieux faire connaître notre système de retraite à tous nos confères. Notre régime complémentaire dual avec un volet géré par répartition et un volet géré par capitalisation est un modèle spécifique dans le paysage des retraites en France : c'est un réel atout et, en ce sens, les administrateurs de la CAVP souhaitent le promouvoir et le préserver. Bien cordialement, Monique Durand
Ajouter un commentaire