Pharmaciens : Incontournables dans la prévention et la promotion en santé

En octobre, l’Académie nationale de pharmacie a exprimé ses recommandations sur la place des pharmaciens et des biologistes médicaux sur la prévention et la promotion en santé. 
La prévention et la promotion de la santé concernent l’ensemble des professionnels de santé proches des patients apparemment bien portants ou malades et les pharmaciens comme les biologistes médicaux ont tous les atouts pour y participer. 
Les pharmaciens d’officine avec leur « maillage territorial » (environ 22 000 officines), leurs contacts avec plus de quatre millions de personnes par jour, leur formation dans les domaines du médicament, de l’éducation à la santé, de l’éducation thérapeutique, sont à même d’agir dans tous les champs de la prévention :
- prévention primaire par les conseils qu’ils prodiguent auprès des familles notamment dans le domaine de la vaccination en s’aidant de tous les moyens dont ils peuvent disposer (vitrines, affiches, documents accessibles au public), 
- prévention secondaire avec la dispensation de tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) dont l’usage et les résultats doivent être bien expliqués et confirmés en collaboration avec les biologistes médicaux et les médecins traitants,
- préventions secondaire et tertiaire, avec les actions d’éducation thérapeutique et les consultations (ou entretiens) pharmaceutiques à l’exemple des pharmaciens canadiens.
Les pharmaciens d’officine ont également un rôle à jouer dans la promotion de la santé :
- lutte contre les addictions : tabac, alcool, cannabis, et autres drogues,
- promotion de l’activité physique et sportive,
- lutte contre le dopage,
- éducation à la santé dès l’école primaire,
-  action dans la prévention de la iatrogénie médicamenteuse… 
Pour l’Académie nationale de pharmacie, cette mission nécessite de prévoir une adaptation de la formation initiale et de la formation continue des étudiants en pharmacie de façon à être en adéquation avec les programmes nationaux de prévention et de promotion de la santé.

Source : Rapport Académie nationale de pharmacie, octobre 2016

 
Commentaire
RADER Serge
07/11/2016
Je suis désolé mais la très grande majorité des pharmaciens comme des médecins, pédiatres compris, n'ont pas les connaissances appropriées pour parler des vaccins ! Ils ne font qu'appliquer des directives issues du Ministère sous la tutelle de soi-disant "experts" à la botte des producteurs de vaccins, sans en assumer la responsabilité pénale revenant à l'Etat qui a la main mise sur la justice. Serge RADER, pharmacien.
JPM
07/11/2016
« Une approche... à la fois transversale et globale… en travaillant sur cinq axes : coordination du parcours de santé des patients mentale,… bien-être et environnement. »……………………….Bendidonc, tout cela me parait assez complexe ! « Si j’aurais su ça, j’aurais peut-être pas fait Pharma ». Bon, on travaille sur cinq axes - admettons………………….. Pendant ce temps « Lilaluz », coach spirituelle autoproclamée, écrit sur internet : « Les 6ème et 7ème dimensions ne sont pas des dimensions isolées ». Voilà qui ne simplifie pas l’affaire. Mais elle n’est pas pharmacien, alors elle dit et écrit ce qu’elle veut………… J’en reviens au rapport « Prévention et Promotion de la Santé ». Soixante pages, 16 membres + 1 rapporteur + 1 invitée. Ça fait du monde ! Alors on va me demander où je veux en venir, inévitablement ! A AUCUN MOMENT LE MOT « ETHIQUE » A ETE CITE ! On peut donc tranquillement se balader selon les cinq axes, transversalement et/ou globalement et CONTINUER A VENDRE NOS SALADES DE COMPLEMENTS ALIMENTAIRES.
Ajouter un commentaire