Publicité des officines : effets secondaires attendus

Si les propositions de l’Ordre pour faire évoluer les possibilités de communication des officines contenues dans le projet du nouveau code de déontologie des pharmaciens sont pavées de bonnes intentions, un certain nombre d’effets collatéraux peuvent être anticipés. 
Mise en vitrine des prestations et activités, prestations et animations possibles au sein de l’officine, cartes de fidélité - dans un périmètre défini, toutes ces idées si elles s’avèrent utiles, n’en constituent pas moins un facteur d’exacerbation potentiel de la concurrence alors qu’un grand nombre d’officines sont déjà en difficulté. 
Quant à la communication des groupements, elle sera contrainte de ne pas esquiver l’enseigne de la croix verte et rester loin du ton publicitaire même pour mettre en valeur des campagnes de prévention réalisées dans un axe de santé publique, il va falloir jouer fin !
Maintenant et toute chose étant égale par ailleurs, cet ensemble de propositions ne reste –t-il pas encore trop timide au regard de la liberté de la grande distribution à communiquer sur les produits de parapharmacie au-delà des espaces de vente…
 

Source : ordre.pharmaciens.fr/

 
Commentaire
TURPIN Nicolas
12/09/2016
Je suis un peu d'accord avec la dernière question... mais on n'est pas obligés de singer la grande distribution pour les combattre..... en ce qui concerne la concurrence entre officines elle existe déjà...pour ma part je vois ce changement d'une autre manière: celle de clarifier les choses et permettre à tout le monde se battre avec les mêmes armes, illicites aujourd'hui....mais que certaines officines utilisent déjà en toute IMPUNITE.....
cf
10/09/2016
Entièrement d'accord avec REY .
REY A
08/09/2016
Attention aux dérives potentielles aboutissant au risque de ne plus être reconnu comme profession de santé ce dont pourrait profiter notamment la grande distribution pour vendre de l'OTC
Ajouter un commentaire