Automédication et risque de banalisation des médicaments aromatisés

Michèle Delaunay, députée de Gironde, tire la sonnette d’alarme auprès du ministère de la santé sur le risque de surconsommation entraîné par le développement des médicaments aromatisés. Efferalgan “cappuccino”, Maalox “citron”, Fervex “framboise” ou encore Smecta “fraise”, délivrés sans ordonnance, formulés pour masquer l’amertume, ont envahi les rayons des officines. Les dangers de cette surconsommation sont encore plus critiques lorsqu’ils concernent l’enfant. Une inquiétude a priori partagée par l’ANSM, puisqu’un groupe de travail serait entrain de plancher sur le sujet avec un projet de recommandations d’ici la fin d’année.

Il est utile de rappeler aux parents que tout médicament doit être utilisé à bon escient et rangé dans un endroit inaccessible aux enfants. 

 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire