Evolution plutôt que révolution de la politique du médicament

La commission des affaires sociales du Sénat a demandé la rédaction d’un rapport « sur la politique du médicament, afin de déterminer comment garantir l'accès de tous les malades aux médicaments les plus efficaces » à Gilbert Barbier (RDSE - Jura) et Yves Daudigny (Socialiste et républicain - Aisne). Le rapport est paru en fin de semaine dernière, après de nombreuses auditions (dont celle de la FSPF, de l’USPO, du CNOP).
Alors, comment garantir l’accès à l’innovation tout en sauvegardant la pérennité de notre système de santé ? Les sénateurs lancent plusieurs pistes, au titre desquelles :
-    Mieux valoriser les innovations liées à la recherche publique française : développer les partenariats publics-privés ;
-    Agir au niveau européen pour renforcer les exigences relatives à l'évaluation du médicament ;
-    Définir une politique de santé publique relative au développement de l'automédication ;
-    Développer des partenariats entre le CEPS et la CNAM afin de favoriser le bon usage du médicament ;
-    définir un cadre commun, européen, de négociation du prix des médicaments les plus onéreux ;
-    Mettre en œuvre les préconisations du rapport Polton pour établir un critère unique d'évaluation comparative des médicaments, la valeur thérapeutique relative (VTR) ;
-    Fusionner en un seul taux les trois taux de prise en charge à 15 %, 30 % et 65 % ;
-    …

A lire : Rapport d ́information fait au nom de la commission des affaires sociales sur la politique du médicament

Commentaire
CN
04/07/2016
BLA BLA BLA, BLA BLA BLA et concrètement l'action c'est quoi.
Ajouter un commentaire