De plus en plus de cas de mésusage du lopéramide

C’est une étude américaine, publiée dans le journal « Annals of Emergency Medecine » qui fait le point sur le mésusage de ce antidiarrhéique bien connu. En effet, ils ont remarqué de plus en plus de cas d’usage détourné, en particulier chez les personnes qui tentent d'auto-traiter leur dépendance aux opioïdes.

Le lopéramide est un agoniste des récepteurs périphériques opiacés dont la biodisponibilité est faible par voie orale (0.3%) et qui plus est, passe très mal la barrière hémato-encéphalique. De fait, à la posologie habituelle (2 à 6mg chez l’adulte), il ne se retrouve pas dans le système nerveux central. Mais les auteurs ont noté des cas pour lesquels les doses quotidiennes ingérées variaient de 30 à 200mg, voire plus. Les effets sont alors des arythmies ventriculaires, la prolongation de la durée du QRS et de l'intervalle QT, aux conséquences pouvant être fatales.

A lire :
Loperamide Abuse Associated With Cardiac Dysrhythmia and Death
Eggleston, William et al.
Annals of Emergency Medicine
DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.annemergmed.2016.03.047

Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire