Et si on tenait compte de la mention « Non substituable » ?

Que ce soit la volonté du médecin ou une demande du patient, il n’est pas rare de voir sur les ordonnances cette mention «  non substituable ». Mais à côté, l’Assurance Maladie demande à substituer toujours plus ! Voilà un équilibre bien précaire… A fin 2015, le taux de substitution des génériques s’élevait à 83,4%, et la ROSP générique atteindrait environ 6 000€ en moyenne par pharmacie (versée le 27 avril prochain).

Afin de tenir compte de cette barrière à la substitution, l’UNPF a demandé que l’Assurance Maladie prenne en compte la part des mentions « non substituables ». Or, cela n’a pas été le cas lors de la dernière réunion de  la Commission Paritaire Nationale. En faisant ainsi, on protégerait mieux les pharmaciens faisant face à des médecins utilisant beaucoup cette mention.

Commentaire
olivier G
02/05/2016
N'oublions pas que si la sécu intègre le "non substituable" dans ses comptes, le taux demandé sera de 100% sans négociations !!!
FODDA yazid
26/04/2016
Commençons d'abord par demander aux CPAM de ne pas comptabiliser les spécialiés dites 'substituables';subutex antiépileptiques cellcept et autres .Pour la mention non subs ,personnellement les données st précisées par les CPAM:Tout produit non générique doit faire l'objet d'une facturation par le pharmacien qque soit la mention appliquée par le médecin.
jean lamarche
25/04/2016
Pourquoi inversement le ''ROSP'' médical de chaque médecin ne serait il pas amputé son taux de '' non substituable'' et ce serait de bonne justice financière qu'il nous soit reversé car le'' non substituable''nous complique la vie
Iss be
25/04/2016
C est un débat hypocrite alors que les syndicats viennent d'accepter un taux à 86%, la politique du générique ne fonctionnera jamais parce qu'elle assassine les pharmaciens qui n'y sont pour rien et donne toujours des privilèges aux fabricants, encore une manière à la française
JAYNE ALAIN
25/04/2016
Comment peut on protéger un pharmacien si on ne tient pas compte du non substituable???il faut qu'on m'explique!!! D'ailleurs quel est l'intérêt des CPAM de rejeter des dossier avec des médicament sous TFR si ce n'est qu'elle ne paie pas et oblige le potard à recycler un dossier !!!! Coût de l'opération : c'est du travail inutile en plus et à ce tarif la SS n'est pas regardante!!!! Messieurs les syndicats vous servez à quoi??? C'est quoi ce cirque? Vous étonnez de perdre des adhérents!!!
Borderie Fabrice
25/04/2016
Non Substituable ou pas ;pas de generiques =pas de tiers payant et basta le probleme est definitivement resolu Est ce qu'un jour quelqu'un prendra une veritable decision dans ce pays
Alexandre Babiaux
25/04/2016
Comment peut-on encore laisser passer les méthodes de comptage de la CNAM qui n'ont rien à voir avec la réalité du terrain... Aucune profession quelle q'elle soit n'accepterait de se faire biaiser (avec un "i" comme injustifiable) à ce point Pathétiquement inconsevable tout simplement.
Patrick missud
25/04/2016
Comment se fait il que nous n'avons pas les mêmes taux de substitution, entre le taux de substitution que j'ai en direct par mon generiqueur, MYLAN, pour ne pas le citer et les taux CPAM qui nous sont communiqués, j'ai alerté ma CPAM d'Ajaccio mais jusqu'alors aucune réponse......
garre christian
25/04/2016
oui effectivement en ne tenant pas compte du non substituble les des sont pipes Cela veut dire que le taux de substition est faux. la cpam est d'ailleurs juge et arbitre : elle fournit le taux de substition et ne tient pas compte de la mention non substituable incitant ainsi les pharmaciens a ne pas tenir compte du code de la sante public et seulement du code de la ss. Pas tres democratique tout cela.
Ajouter un commentaire