De nouvelles contre-indications pour le mycophénolate

Le mycophénolate est indiqué en association à la ciclosporine et aux corticostéroïdes pour la prévention des rejets aigus d'organes chez les patients ayant bénéficié d'une allogreffe rénale, cardiaque ou hépatique.
Le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) vient de conclure une évaluation et recommande d’ajouter de nouvelles contre-indications. Ce médicament est hautement tératogène : des malformations congénitales sont rapportées chez 23 à 27 % des naissances vivantes lorsque les femmes sont exposées pendant la grossesse et le risque d’avortements spontanés est de 45 à 49 % chez les femmes enceintes exposées.
En plus des contre-indications habituelles, le mycophénolate ne doit pas être utilisé
-  pendant la grossesse sauf s’il n’y a pas d’alternative thérapeutique pour prévenir un rejet de greffe ;
-  chez la femme en âge de procréer qui n’utilise pas de méthode contraceptive hautement efficace ;
- chez la femme en âge de procréer qui n’a pas de test de grossesse négatif à l’initiation du traitement.
 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire