Traitement préventif du SIDA : prise en charge dès janvier !

Marisol Touraine, s’est exprimée lundi dernier devant l’assemblée nationale et a annoncé que la prophylaxie pré-exposition (PrEP) sera prise en charge à 100% par la Sécurité Sociale. La recommandation temporaire d’utilisation (RTU) autorisant la prescription du truvada, à des personnes séronégatives particulièrement exposées au risque d’infection par le VIH  devrait être publiée courant janvier 2016.
 
« La lutte contre le sida s’est fixée comme objectif d’atteindre le fameux 90-90-90 : 90% de personnes séropositives au courant de leur statut sérologique, 90% de personnes traitées et 90% de personnes traitées en charge virale indétectable. Dans cette stratégie, tout le monde a sa place pour en finir avec l’épidémie, y compris les personnes séropositives traitées efficacement qui ne transmettent plus le virus. Pour autant, seulement 52% des personnes séropositives ont une charge virale indétectable en France. De nombreux efforts restent à accomplir, en France comme au niveau international, mais grâce à la PrEP nous serons mieux armés pour combattre l’épidémie » a déclaré Aurélien Beaucamp, président de l’association AIDES.
 
Commentaire
David M.
30/11/2015
Lisez les bons mots : " RTU " , " personnes séronégatives particulièrement exposées au risque d’infection par le VIH " . Non, l'emtricitabine/tenofovir n'a pas vocation a être prescrit à la population générale en remplacement du préservatif. mais aux " personnes en situation personnelle de forte exposition au vih et de difficulté de prévention ”. Oui, il sera prescrit sous conditions particulières, à un schéma posologique particulier (et donc à un coût inférieur à 500 €/mois), lié à un dépistage régulier. Oui, il s'inscrit dans un cadre plus global de rupture de la chaîne de transmission du VIH. Pour informaion, je en suis pas sûr que les femmes soient réellement concernées par ce dispositif, le public cible étant plutôt certaines catégories particulières d'hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. Dans tous les cas, même si l'on s'en ramène aux seuls critères économiques, cette mesure, visant à diminuer le nombre de personnes contaminées fera économiser autant en terme de coût de traitement que de contaminations évitées. Si cette décision est médiatisée, c'est justement parce que les personnes concernées doivent être informées. Après, je vous l'accorde, il serait encore mieux qu'elle le soit avec tous les éléments qu'elle implique explicitement développés.
jean lamarche
25/11/2015
Rien ne serait de trop si l'on pouvait éradiquer le SIDA mais ce n'est pas le cas...Cela le sera lorsque nous aurons trouvé le médicament qui détruit le virus. En finir avec l'épidémie me semble aujourd'hui une phrase trompeuse. Les conséquences de ce genre de mesure m'inquiètent plus qu'elles ne me rassurent car si cette prophylaxie va changer les habitudes de certains hommes, je crains que l'usage du préservatif, déjà très difficile à faire admettre et plus encore à mettre en 2015, diminue un peu plus. Et quand sera t il des femmes, pourront elles à 100%faire confiance sur la parole donnée ? Cette décision aurait du rester confidentielle et non devenir médiatique.
C N
25/11/2015
Le TRUVADA en préventif soit mais remboursé, c'est électoraliste.
RADER Serge
25/11/2015
Mais on marche sur la tête. 500€ de traitement mensuel en préventif, alors que le Truvada c'est déjà plus de 200 millions d'euros de prise en charge Sécu, et qu'une partie de la population n'a plus les moyens de se nourrir correctement ou de se chauffer et que d'autres dorment dans la rue... et en décèdent ! C'est indécent. La Ministre vit sur un nuage. Qu'on ne nous parle plus du trou de la Sécu qui est voulu par la collusion politico-pharmaceutique.
Ajouter un commentaire