Un nouveau pas vers la télémédecine

La télémédecine prend forme petit à petit. Il y a d’abord la définition des 5 actes qui entrent dans le cadre de la télémédecine (Décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010) :
-          Télé-consultation : un médecin donne une consultation à distance à un patient, lequel peut être assisté d’un professionnel de santé. Le patient et/ou le professionnel à ses côtés fournissent les informations, le médecin à distance pose le diagnostic.
-          Tété-expertise : un médecin sollicite à distance l’avis d’un ou de plusieurs confrères sur la base d’informations médicales liées à la prise en charge d’un patient.
-          Télé-surveillance : un médecin surveille et interprète à distance les paramètres médicaux d’un patient. L’enregistrement et la transmission des données peuvent être automatisés ou réalisés par le patient lui-même ou par un professionnel de santé.
-          Télé-assistance : un médecin assiste à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d’un acte.
-          Régulation médicale : les médecins des centres 15 établissent par téléphone un premier diagnostic afin de déterminer et de déclencher la réponse la mieux adaptée à la nature de l’appel.
 
Mais les différentes expérimentations de la télémédecine ont soulevées un autre souci : celui de la protection des données personnelles des patients. Un nouveau décret vient encadrer le sujet : la transmission des données induites par les activités de télémédecine issues des expérimentations. Il permet en particulier  la communication du numéro d'inscription au répertoire national d'identification des personnes physiques (NIR) du patient au professionnel de santé distant réalisant l'acte, en vue de son paiement. Les données transmises aux complémentaires ont quant à elles été limitées au strict minimum, le suivi clinique n’est transmis qu’au médecin et à la Sécurité Sociale.

 
 
 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire