Le programme de la FSPF pour les prochaines élections URPS

Le 7 décembre prochain, les pharmaciens d’officine titulaires éliront leurs représentants dans les Unions Régionales des Professionnels de Santé. Et à ce titre, les syndicats sont entrés en campagne. Nous vous parlions précédemment du programme de l’USPO, voici maintenant les grandes lignes de la FSPF.
Ce sont ainsi 5 actions qui animeront le syndicat :
 
1. Renforcer l'économie de l'officine pour préserver l'avenir : accélérer la réforme de la rémunération, simplifier le dispositif ROSP, garantir la rémunération sur le générique.
2.  Consolider le réseau : préserver le monopole officinal et la répartition démo-géographique.
3. Donner le pouvoir d’initiative aux pharmaciens : multiplier les initiatives des pharmaciens, développer la relation avec l’hôpital, concrétiser les nouvelles missions ?
4. Promouvoir l’exercice officinal : améliorer la prise en charge coordonnée des patients, encadrer la vente par correspondance de l’OTC, développer le pharmacien comme acteur de premier recours.
5. Faire respecter les pharmaciens : Exiger des intérêts de retard aux payeurs, réclamer un choc de simplification administrative, Imposer le maintien de la délivrance en officine des vaccins, autotests de dépistage etc.
 
Retrouvez le programme détaillé du syndicat dans la brochure dédiée aux élections URPS.
Commentaire
Boizard jean
07/10/2015
Votre proposition de multiplier les initiatives des pharmaciens pourquoi pas reprendre le concept de solidarité de proximité de portage gratuit de médicaments le dimanche et structurer les associations locales à créer jean boizard medicamentsdimanche@gmail.com
CF
07/10/2015
1) La ROSP générique est vouée à disparaître, notamment depuis que les médecins prescrivent en DCI. La cour des comptes a clairement analysé qu'elle était inutile et peu rentable pour la sécu. Pourquoi donner une aumône aux pharmaciens pour une substitution générique qui leur est déjà favorable grâce aux remises légales de 40 % par les labos... 2) l'honoraire est une aberration: non obligatoire, c'est la porte d'entrée au discount... Cet honoraire augmente le prix des médicaments les moins chers de façon artificielle, ce qui va déclencher la guerre du paracétamol (Sanofi, Upsa viennent de créer des gammes non remboursables, bientôt vendues à 1€00 (grâce aux remises) et qui seront compétitives vis à vis de leurs vignettés et des génériques bloqués à 1€94..). Vive les soldes !!! 3) Les entretiens pharmaceutiques sont chronophages et non rentables. Vouloir de nouvelles missions, type vaccination, ou "test pour les angines", ce que les médecins refusent de faire (7 minutes perdues !), alors que la sécu leur fournit des tests gratuits, c'est accepter d'effectuer gratuitement le travail des autres, car croyez-moi, la sécu ne rémunèrera pas plus le réseau demain, qu'aujourd'hui... et il faut payer les Lucentis, Sovaldi etc... Donc "développer la relation avec l’hôpital, concrétiser les nouvelles missions", va demander du temps et de l'argent aux officines qui en manquent déjà cruellement... 4) "Garantir la rémunération générique" est utopique, car elle dépend des prix et des marges qui baissent autoritairement tous les ans. Les labos auront de moins en moins de marge de manœuvre. 5) " Préserver le réseau " demanderait de limiter la concurrence entre officines, ce que ne veulent ni Bercy, ni les grosses pharmacies qui profitent de système et se portent d'ailleurs très bien avec des chiffres d'affaires qui progressent... Les faillites en nombre, c'est assurer de confortables revenus pour quelques temps (aux survivants), car bientôt, on s'occupera aussi d’eux, en haut lieu. Gagner autant qu'un ministre semble être un crime de lèse-majesté, surtout pour la gauche antilibérale... Ces quelques réflexions pour souligner que le programme du (des syndicats) n'est pas très réaliste et va nous conduire (du moins beaucoup d'entre nous) dans le mur, mais n'est-ce pas, finalement, le but ?
patrick B.
07/10/2015
Voter pour la Fédé c'est se tirer une balle dans le pied ! on voit le résultat aujourd'hui ! une catastrophe !
Dr Gnon
07/10/2015
Comme ils se la racontent ! Des promesses impossibles à tenir , on dirait les élections présidentielles . Et ils réclament du boulot supplémentaire , pas payé ? Avec les emmerdes en prime .
CN
07/10/2015
Il me semble que la FSPF a toujours voulu la fermeture de 5000 pharmacies, et par la même ruiner 1/4 des confrères. Et en signant cette magnifique convention entraîné la mort du potard.
H.O.
07/10/2015
D'accord avec vous Catherine : rien qui puisse me faire retrouver un salaire égal au smic . Je resterai avec mon maigre revenu .On continue de couler doucement , comme le Titanic . Toutes les propositions faites par les pharmaciens ( ruraux surtout ) sont rejetées en bloc , et avec cynisme . Triste . Moi je vote pour personne puisque aucun syndicat ne me défend ! c'est simple .
Catherine Guimiot
07/10/2015
Le programme du fossoyeur : évidemment continuer à creuser la tombe de la pharmacie libérale ! C'est tout ce qu'il sait faire et au vu des brillants résultats obtenus, on aurait tort de changer quoique que ce soit n'est-ce pas ? Aucune idée nouvelle, aucune conscience des enjeux de demain, que des mots creux et des incantations mille fois répétées, jamais mises en œuvre et complétement dépassées. Au moins en votant pour eux on sait exactement à quoi s'attendre.
Ajouter un commentaire