Les Français sont-ils moins acteurs de leur santé ?

La  5ème édition du Baromètre BVA/APRIL de l’équité en santé, une étude conjointe de la Fondation APRIL et de l’Association des assurés APRIL, révèle que  les  Français semblent de  moins  en  moins prendre leur santé en main...Cette année, une forte majorité, soit 8 Français sur 10, pense que leur état de santé ne dépend pas prioritairement de leur comportement individuel (alimentation, sport, etc.), mais  de  leur  cadre  de  vie,  leur  moral,  leur  condition  d’accès aux  soins,  leur  patrimoine  génétique  et leur  condition  de  travail.  De  même ils se  disent moins  nombreux  à  se  faire  dépister,  une  baisse en progression de  5 points en 2 ans. L’étude montre également que  les  Français se  sentent moins responsables du déficit de la sécurité sociale qu’il y a 2 ans...
Commentaire
del stif
14/09/2015
Il est bien évident que ce ne sont pas les patients qui sont responsables du déficit de la sécurité sociale. De même que les déserts médicaux gagnent du terrain compte tenu du non renouvellement du cheptel de médecins généralistes et de la fermeture consécutive des petites officines, la santé publique perd du terrain à mesure que ces déserts gagnent en superficie. Moins de gens compétents à l'écoute des patients = moins bonne prise en charge des maladies en générale. Ce qui entraine nécessairement une augmentation des pathologies graves détectées tardivement et donc une augmentation des coûts de la santé en général. Il ne faut pas chercher bien loin les explications : les USA ont déjà tout testé en terme de gabegie médicale. Il suffit de lire ce qu'ils mettent en place et faire vite le contraire afin que nous continuions à être bien soigner. Donc : arrêt des zones d'hyper-concentration humaines + prise en charge totale des frais médicaux par le contribuable = pérennité de notre niveau de santé publique.. A bon entendeur...
Ajouter un commentaire