Diminution du reste à charge ?

Le rapport de la Direction de la recherche, des études de l’évaluation et des statistiques (DREES) sur les dépenses de santé en 2014 a été présenté hier lors de la Commission des Comptes. Ce rapport montre, et ce pour la 3ème année de suite, que le reste à charge diminue de 0,2 points par rapport à l’année dernière. En outre, la part des dépenses à la charge des complémentaires est passé de 13,7% en 2013 à 13,5% en 2014 et celle à la charge de la sécurité sociale est passée de 75,9% en 2011 à 76,6% en 2014.
 
IMA-EDV-150916-Reste-charge_VH.jpg 
 
Et en parallèle, la Cour des Comptes publie un rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale. Le déficit de l’assurance maladie devrait atteindre 7,2 Md€ en 2015, contre 5,9 Md€ en 2012. Le retour à l’équilibre des comptes sociaux est repoussé de plusieurs années et l’autorité identifie de nouveaux champs au sein desquels des réformes sont envisageables afin de faciliter ce retour à l’équilibre.
 
« La maîtrise des dépenses d’assurance maladie passe par deux leviers : l’accélération de la recomposition de l’offre de soins d’une part, une régulation plus vigoureuse des postes de dépenses particulièrement dynamiques d’autre part. »
 
Les principales recommandations de la cour des comptes visent donc à :
- permettre le retour à l’équilibre des comptes sociaux et la diminution de la dette sociale dans un horizon rapproché ;
- améliorer la construction de l’ONDAM et renforcer son suivi ;
- renforcer la cohérence et la lisibilité des cotisations sociales ;
- réorganiser l’offre de soins ;
- mieux maîtriser les dépenses d’assurance maladie ;
- moderniser certains dispositifs de solidarité ;
- gérer de manière plus efficiente les organismes de sécurité sociale.
Commentaire
del stif
17/09/2015
Pour ce qui est des recommandations de la cour des comptes, seule peut nous intéresser celle concernant la maîtrise des dépenses d'assurance maladie. Et la vigueur de la régulation, la profession en a déjà fait les frais. Espérons que nos régulateurs en chef s'appliquent à vitaliser la maitrise des coûts en amont. A savoir la négociation avec les laboratoires pharmaceutiques du tarif de remboursement du médicament. Pour le moment, les officines ont connu la rigueur voire l'austérité pour ce qui est de l'économie de santé. Comme résultat, 2 milliards de plus de déficit!! N'est-il pas temps de s'attaquer au problème par le bon bout? Si nos experts de haut niveau veulent des conseils en terme d'économie, je pense que, bien que n'étant pas spécialistes, les professionnels de santé "du terrain" sont en mesure de donner des conseils qui, à coup sûr, s'ils sont suivis, s'en-suivront d'une baisse significative du déficit sus-nommé. A bon entendeur...
Folco Jean-Patrice
16/09/2015
La diminution du reste à charge correspond à l'augmentation du pourcentage des ordonnances ALD dans les dispensations. Cette augmentation sera régulière sur les 20 prochaines années, donc le reste à charge va continuer à diminuer et la concentration de la valeur de la marge du réseau sur un pourcentage minoritaire de dispensations va augmenter.
Ajouter un commentaire