Identification d'un mécanisme génétique de l’obésité

Un gène spécifique a longtemps été soupçonné de contribuer à l'obésité chez l’Homme, mais les mécanismes précis de cette régulation n’étaient pas clairs. Depuis peu, des chercheurs de l'Université Technique de Munich (TUM), du Massachusetts Institute of Technology (MIT), et de la Harvard Medical School ont été en mesure de montrer qu'une altération génétique unique d’un locus clairement identifié permettait de réduire la thermogenèse (combustion des graisses), et favorisait le stockage des lipides. Cette étude est publiée dans le New England Journal of Medicine (1).

L’allèle en question - FTO - a été identifié en 2007 ; les personnes porteuses de cet allèle ont un risque accru de surpoids. Mais au-delà du lien de causalité, le mécanisme n'était pas encore déterminé. Cette étude suggère que l’allèle FTO réduit la thermogénèse dans les cellules précurseur des adipocytes.

La mise en évidence de cette voie de signalisation pourrait permettre, à terme, de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques dans la prise en charge de l’obésité.

(1) Claussnitzer M, Dankel SN, Kim K-H, et al. FTO obesity variant circuitry and adipocyte browning in humans, New England Journal of Medicine, August 2015.

Commentaire
Sincholle Daniel
26/08/2015
une avancée indiscutable, une pièce maîtresse du puzzle dans la compréhension de l'épidémie d'obésité. Il ne reste plus qu'a trouver une substance de préférence d'origine naturelle qui modifie l'activité des gènes dans le sens d'une plus intense thermogenèse et d'un stockage des graisses réduit. Un superbe programme.
Ajouter un commentaire