Entretiens pharmaceutiques : qu’en pensez-vous ?

Ces entretiens, fixés par avenant entre l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) et les syndicats de la profession ont pour objectif d’accompagner les patients et de favoriser le bon usage de leurs médicaments. Ce type d’entretien constitue l'un des axes de la rémunération sur objectifs de santé publique du pharmacien (rémunération annuelle de 40 € par an et par patient).

Sur le papier, ces entretiens représentent une évolution tout à fait positive du métier, mais qu’en est-il dans les faits ?

Pour l’USPO, les entretiens pharmaceutiques "asthme" sont un échec… Le syndicat dénonce depuis plus d’un an la difficulté que représente le recrutement des patients. L’USPO a proposé à la CNAMTS d’élargir les conditions de recrutement des asthmatiques, facilitant ainsi leur inclusion, et par conséquent le travail des pharmaciens. Ce n’est évidemment pas le principe de ces entretiens qui est remis en cause, bien au contraire : il s’agit d’un atout pour la profession.

Concernant les entretiens AVK, l’Assurance Maladie a mené une enquête fin 2014. Les pharmaciens étaient 92% à envisager de mener d’autres entretiens AVK et 97%  de  participer  à  ce type d’accompagnement dans d’autres aires thérapeutiques.
Commentaire
giacomini guy
16/02/2016
Pour de grandes officines ,ou des officines de province ou le temps est élastique , la possibilité d'avoir des entretiens pharmaceutiques est intéressante.... c'est tout! sinon comme mes confrères l'ont écrit plus haut ,un vrai pharmacien délivrant une ordonnance exécute ces entretiens à chaque fois et sans avoir cette lourdeur administrative!! Mais que ces syndicats sont lourds et incompétents!!! ils sont incapables d’évaluer un honoraire complexe en fonction de l'importance de l'ordonnance. au lieu de cela un certain syndicat nous octroie un forfait de 1 euros à la boite et on limite la marge des médicaments chers qui demandent plus de soins de délivrance... au lieu de cela un autre syndicat vient de découvrir l'essentiel du métier (délivrance d'une ordonnance) et nous octroie des rémunérations de pseudo consultations. Bref on prend vraiment les pharmaciens pour des c... et le pire c'est que je commence à le croire!!
telle maryse
13/07/2015
c'est a chaque delivrance qu'il faut agir pour l'education du patient et une bonne observance ces entretiens sont une belle c... une marge digne de ce nom doit nous remunerer correctement sans avoir a reclamer ce qui nous est du et ce pour Chaque delivrance
cf
09/07/2015
Le but des entretiens est de pouvoir occuper ses nombreux assistants, imposés à cause des chiffres d'affaires,gonflés par des soldes médicamenteuses, de la para et internet, et de capter ainsi une patientèle, sur le dos des autres,qui n'ont pas le temps ni les moyens.....
jya
06/07/2015
personnellement je n'ai pas attendu l'aumône de la sécu pour faire des entretiens, a chaque délivrance je suis attentif à ce que prennent mes patients et je vérifie qu'ils prennent bien le traitement. Alors a quoi bon faire des entretiens en plus alors que c'est le cœur de notre métiers. on nous fait miroiter une rémunération pour nous faire avaler des pilules bien plus dangereuses pour la profession mais moi je ne fais pas la manche . La rentabilité et la survie dune officine ne passe pas par une aumône mais par une défense pure et dure de la profession en n'acceptant pas des honoraires à la boite, ou a l'entretien pharmaceutique qui ne servent qu'à valoriser les têtes soit disant pensantes de la profession sans tenir compte des besogneux que nous sommes dans nos petites officines rurales ou de quartier. Cela fait des décennies que la course à la mesure la plus c.... est lancée et le but est bientôt atteint : le naufrage de la profession!!!!!! MERCI A TOUS
Olivier G
06/07/2015
La formalité des deux entretiens est lourde et inutile puisqu'entre les deux, nous avons revu les patients 4 ou 5 fois ou plus au comptoir et l'on sait très bien si les éventuels défauts ont été corrigés ou non. De plus, si le premier entretien n'avait révélé aucune particularité, quel besoin d'en refaire un ? Le pharmacien devrait en tout état de cause pouvoir décider si oui ou non un deuxième entretien s'impose, et si celui-ci n'est pas utile, la rémunération devrait être déclenchée sur le seul entretien effectué. Tout cela est, je le répète, trop lourd, et c'est pour cela que j'ai tout arrêté de ces entretiens.
H.O
06/07/2015
Je ne peux faire aucun entretien puisque je travaille seul ! personne ne pense à ce cas de figure ( qui en arrange beaucoup )
K. Mohamady
06/07/2015
L' entretien serait plus facile à mettre en œuvre, si la facturation était plus rapide , comme pourrait l'être la délivrance de médicament, par l’intermédiaire de notre logiciel.
Ajouter un commentaire