En 2016, pour la FSPF, les nouvelles baisses de prix, c’est NON !

Le syndicat s’oppose fermement au plan de baisse des tarifs présenté par le Comité Economique des Produits de Santé. Ce plan a été présenté le 18 juin dernier par le comité de suivi des génériques et regroupe différentes mesures de régulation qui pourraient entrer en application dès le 1er octobre prochain :
-          De nouvelles mises sous Tarif Forfaitaire de Responsabilité (TFR), dont le clopidogrel ou la buprénorphine ;
-          Ajout des antagonistes calciques dans le processus de convergence de prix des spécialités sur ceux des génériques ;
-          De nouvelles baisses de prix  des médicaments génériques.

Selon le syndicat, l’impact des 2 premières mesures s’élèverait à quelques 65 millions d’euros. Il demande que la règle qui a permis à la profession de s’engager au bénéfice de tous soit respectée et que la rémunération de la dispensation des génériques devienne un honoraire conventionnel fixé au niveau du tarif initial, en toute transparence.
Sans quoi, le syndicat s’opposera à toute décision de baisse de prix, non compensée pour les pharmaciens.

«  La FSPF demande au Gouvernement de s’orienter vers d’autres contributeurs que le réseau officinal qui a déjà été très lourdement sollicité. »
Commentaire
CN
03/07/2015
Il est temps que la FSPF prennent des cours de négociation auprès de Tsipras.
Folco Jean-Patrice
03/07/2015
Dire non ne sert à rien si on ne propose rien, il faut surtout démontrer que la baisse des prix et des marges ne fait que reculer l'explosion du système. Il est possible de faire des propositions cohérentes en s'appuyant sur les chiffres fournis par le CEPS. Plus de 1,3 milliards de boites sur les 2,5 milliards de boites remboursées ont un prix public (avec l'honoraire) inférieur à 3.30 € alors que le CEPS estime à 2,70 € le coût moyen de distribution d'une boite (marge grossiste compris), ce qui montre l'incohérence des statistiques qui s'appuient sur des moyennes avec notre forme de rémunération. A titre de comparaison le coût de distribution forfaitaire d'une boite de médicament (hors marge) est de 9 € en Allemagne et de 4 € en Belgique, c'est à dire avec des coûts de distribution minimum par boite très largement supérieurs aux prix publics de plus de 60% des volumes de médicaments remboursables que nous dispensons. En demandant le déremboursement des seuls médicaments à PMF (1 milliard de boites à moins de 3,30 €) la profession pourrait montrer que les économies réalisées par l'assurance maladie seraient de l'ordre de plus d'un milliard d'€ en frais de gestion et de plus de 3 milliards en remboursement de consultations. La France est le seul pays européens à mettre en vente libres des médicaments remboursables ce qui augmente les dépenses de santé et rendra le tiers payant obligatoire extrêmement coûteux si le système de remboursement actuel est maintenu. A suivre......
Nicolas TURPIN
02/07/2015
Mon cher "tomas laurent" ... Ton mépris à l'égard de syndicalistes dont tu ne connais visiblement même pas le nom correct, n'a d'égal que ton ignorance.... Les syndicats négocient ce qui est négociable, ce n'est pas eux qui décident des prix, mais en revanche ils peuvent négocier une compensation et c'est ce que fait la FSPF, dont la position est salutaire, il est intolérable que l'on continue comme ça à plomber l'officine. On a déjà donné, ça suffit ! L'honoraire est la seule solution valable, personne n'a été capable d'en proposer une meilleure....Il faut cesser maintenant des commentaires idiots qui consistent à râler pour râler...Tu devrais à l'avenir essayer peut être de moins pleurer dans ton coin et t'engager plus, comme le font certains comme moi, montrer ce que toi tu serais soit disant capable de faire pour la profession:et à te lire, PAS GRAND CHOSE. Mais certains le font pour toi, c'est plus facile n'est-ce-pas ?
tomas laurent
02/07/2015
Il serait bon que ce syndicat arrête de signer tout et son contraire....Il ne négocie rien, il subit comme depuis 20 ans, il est temps que ces têtes pensantes cessent leurs activités et laissent aux plus jeunes leurs places, en même temps, qu'ils partent avec Bisset qui n'a jamais compris à la pharmacie, c'est sûr que quand on a tout cuit une officine par le paternel.....
Ajouter un commentaire