Autisme: pas de lien avec la vaccination ROR

Une étude rétrospective (en), publiée dans le « Journal of the American Medical Association » s’est intéressée à 95 727 enfants, vaccinés avant leurs 5 ans. 2,01% (n=1 929) d’entre eux avait un frère ou une sœur plus âgée atteint de TSA et 1,04% (n=994) a été diagnostiqué TSA. Les auteurs ont montrés qu’il n’y avait pas de lien significatif entre la vaccination ROR et l’apparition de troubles du spectre autistique (TSA : autisme, syndrome d’asperger notamment) et ce, indépendamment de l’âge, des antécédents familiaux ou du schéma vaccinal.

Autism Occurrence by MMR Vaccine Status Among US Children With Older Siblings With and Without Autism
Anjali Jain et coll.
JAMA. 2015;313(15):1534-1540. doi:10.1001/jama.2015.3077
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire
Commentaire
RADER Serge
30/04/2015
Pardon ! cette enquête a été diligentée par le Procureur de Trani (suite à affaire autisme + diabète insulino-dépendant post-vaccinal) et doit recenser tous les procès nationaux condamnant le Ministère de la Santé Italien pour conséquences post-vaccinales relatant le lien de causalité vaccinal, et ça commence à faire bon nombre: le cabinet d'avocats Luca VENTALORO instruit actuellement 428 cas semblables. D'où la levée de l'obligation vaccinale dans au moins une dizaine de régions actuellement (d'abord en Vénétie depuis le 1.1.2008) et qui se terminera, j'en suis convaincu, par une levée générale au Parlement, car cela commence à coûter très cher aux contribuables italiens en indemnités à vie. Qu'attend la France pour mettre en place publique ce problème même s'il est gênant pour les lobbies (labos et gourous conseillers sanitaires), avec toute la transparence nécessaire dans l'intérêt de la population et surtout des 810.000 NN annuels dont nos politiques devraient être les garants de par notre Constitution ! et de prendre en compte la Loi Kouchner du 4 Mars 2002 de liberté thérapeutique.
David M.
30/04/2015
Une enquète à Trani dans les Pouilles vs une piblcation dans le JAMA, revue par des pairs sur une étude retrospective menée sur 95 727 enfants. Une personne travaillant dans un cabinet d'avocats spécialisé dans ce type d'affaire donc dont le but est justement d'aller dans le sens de la thèse défendue par ce cabinet est-il un modèle de neutralité ? Je ne nie pas les conflits d'intérêt, le lobbying industriel et le manque de financements d'une recherche objective, gage d'indépendance, mais de là hurler aux tous pourris, je vous trouve un peu direct. Concernant les jugements, il peut arriver qu'il y ait un lien de « causalité juridique » sans lien scientifique démontré, comme ça a parfois été le cas pour le vaccin contre l'hépatite B et la survenue de SEP. Je ne suis le porte parole d'aucun camp, peut-être celui de la nuance, face à ceux qui disent que les politiques, les chercheurs, les auteurs et pairs relecteurs sont tous des menteurs corrompus cherchant à désinformer. Un dossier très intéressant traite de ce sujet sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-pixel-vaccins-faut-il-maintenir-une-obligation-2015-04-24 Pour complément.
RADER Serge
29/04/2015
MENSONGE ET DESINFORMATION ! En 1998 en G.B, le Dr Andrew Wakefield a justement mis en cause ce ROR, ce qui a entraîné sa radiation de l'Ordre, je crois 12 ans après. Or le Dr Peter Fletcher, ex-Dr scientifique du Département de Santé Publique Anglais (qui donne les autorisations) vient d'accuser le gouvernement de "complaisance inexplicable" à propos du ROR. Il a étudié des milliers de documents relatifs à ce dossier et a estimé que le public avait le droit de savoir. Il a constaté une accumulation de preuves de scientifiques du monde entier que le ROR est à l'origine de lésions cérébrales chez certains enfants, de troubles de l'intestin et du système immunitaire. Il a ajouté que des gens très puissants jouissant d'une grande autorité en GB et ailleurs, ont fondé leur réputation et carrière sur la sécurité du ROR et sont prêts à faire n'importe quoi pour se protéger. Il a exprimé ces préoccupations dès 2001 car les essais sur ROR paraissaient insuffisants. Pour lui ces craintes sont devenues réalités. Face à l'augmentation exponentielle (x10 en 15 ans) des cas d'autisme et de dommages cérébraux, de maladies inflammatoires de l'intestin et des troubles immunitaires tels le diabète, pourquoi le gouvernement ne prend-il ce problème plus au sérieux ? Pourquoi ne fait-il pas de recherches approfondies ? plutôt que des campagnes de pub pour le ROR. Pour conforter cette position, le Tal de Rimini en Italie (sentence 2010/148, Rôle N° 2010/0474, Cron. N° 2012/886) a condamné le Ministère de la Santé Italien à payer une indemnité à vie (Art 1 et 2 Loi 210 de 1992) pour inj de ROR le 26.03.2004 à un petit garçon au dispensaire de Riccione. Immédiatement diarrhée et nervosisme, suivis les mois suivants de graves dysfonctionnement psycho-physiques jusqu'à déclaration le 31.08.2007 d'invalidité totale et permanente à 100% pour autisme. Relation au vaccin affirmée en juin 2008 par le spécialiste indépendant NIGLIO et confirmée 1 an après par le spécialiste indépendant Stefano MONTANARI, tous 2 membres d'un pôle indépendant d'une quinzaine de spécialistes qui appuient les cabinets d'avocats spécialisés dans ce type d'affaires. Depuis le 1.1.2008, vu leurs multiplications, avec Etat condamné, on assiste à la levée de l'obligation vaccinale région après région (une dizaine actuellement) qui se terminera très probablement par une levée générale au Parlement. Seule la France persiste à maintenir ce sujet tabou et n'apporte pas la transparence nécessaire face aux réalités de la situation. Une info, en Mars 2014, à Trani dans les Pouilles a été déclenché une enquête sur "autisme et vaccins".
Ajouter un commentaire