L’orange amère sous surveillance ?

Selon la revue prescrire, « Les compléments alimentaires à base d'orange amère (Citrus aurantium), à visée amaigrissante, exposent à des risques cardiovasculaires. ». A l’origine de cette inquiétude, la synéphrine, qui agirait comme stimulant cardiovasculaire. La revue rappelle d’ailleurs que cette plante a été interdite à la prescription et dans les préparations à visée amaigrissante. Ainsi, il y a eu 21 remontées d’effet indésirables (dont 10 graves) à l’ANSM concernant ces produits entre 2004 et 2006, ainsi que 40 enregistrées auprès de l’ANSES entre 2009 et 2013. Au niveau européen, rappelons que l’EFSA (agence européenne de sécurité des aliments) a fixé la dose maximale journalière à 20mg.
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires