Déjà 4 950 contre la nouvelle rémunération

Et ils le font savoir ! L’USPO a rédigé une lettre prête à l’envoi demandant au directeur de la CNAM de revenir sur le mode de rémunération de la pharmacie d’officine : « Notre économie ne peut pas dépendre uniquement du siphonage de la marge sur les médicaments destinés aux patients chroniques pour la concentrer sur le paracétamol et l’homéopathie ». Le syndicat souhaite une renégociation incluant l’ensemble des syndicats.
.
Commentaire
D T
20/02/2015
LA profession et les autorités ne comprendront que lorsqu'il n'y aura que quelques centaines de petits bourgeois se présentant en première année, tous héritiers d'officines valant des millions. Un peu comme pour le CAPES, pour d'autres raisons. Il faudra faire de la pub à la télé : "devenez pharmacien, un métier où on se réalise intellectuellement et économiquement, sans soucis ni stress exagéré, avec beaucoup de messieurs-dames qui s'intéresseront à ce que vous faites (Ordre, ARS, fisc, douanes, DGCCRF, URSSAF, prud'hommes, mairie, pompiers, associations de défense, syndicats, clients de passage, délinquants, toxicomanes, concurrents, vétérinaires, médecins ... ) et dont le futur bénéficie d'une garantie de l'Etat adossée à la valeur de la drachme".
daniel burlet
18/02/2015
celtipharm organe de presse de l'uspo ???? il y n'y pas si longtemps qu'on disait que c'était celui de la fspf......peut-être est-ce la le prix de l'objectivité journalistique ? Quant à l'uspo, elle fait de vraies propositions qui sont entendues par ceux qui veulent bien les écouter....elle a aussi proposé à au moins deux reprises la création d'une intersyndicale qui n'a duré que le temps de la façade avant d'être dénoncée par les autres syndicats. Une intersyndicale c'est bien, mais elle doit définir une plate forme commune et s'y tenir. Cela n'a pas été le cas, les positions des uns et des autres sont trop éloignées. Oui il faut autre chose que cette rémunération à la boite, notre travail intellectuel c'est la prise en charge d'un patient. Vous montez dans un taxi, vous payez une prise en charge avant même qu'il n'ait démarré.....et on continue à payer (mal) le pharmacien au kilomètre parcouru......
ba monique
18/02/2015
on fait comment pour signer le docment
Jean-Rémi RADEMAKERS
18/02/2015
>> "Comment les syndicats de la profession n'ont ils pas anticipé ce qui est prévisible depuis le début ?" L'USPO avait prévenu dès le départ que cette réforme serait suicidaire pour la profession, mais la FSPF a voulu montrer qu'elle pouvait tout signer toute seule, quitte à envoyer la profession dans le mur ! Je trouve qu'il y a une cohérence à continuer de se battre contre une réforme quand on l'a dénoncée depuis des mois, et que les conséquences prévisibles commencent à se faire sentir ... Si la Fédé avait seulement bien voulu juste écouter les voix qui l'avertissaient du danger de cette réforme, nous n'en serions pas là. Mais il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !
Chimen susy
18/02/2015
Comment les syndicats de la profession n'ont ils pas anticipé ce qui est prévisible depuis le début ? Pourquoi accepter de signer une convention où la baisse du prix des médicaments n'est assujetti qu'au bon vouloir du politique et croire que nos honoraires pourraient tout compenser ? C'est comme l'accord fantastique de la marge dégressive lissée à l'époque ! On ne pourra jamais revenir en arrière ... Ce qui est signé est signé ! Accord de dupe
Privet Pierre
17/02/2015
Bien sur qu'il faut revoir cette nouvelle rémunération On a mis tous nos oeufs dans le même panier, troué en plus Il faut éviter le passage à un "honoraire" de 1€ en 2016 et réintégrer au plus vite celui de 0.80 dans l'arrêté de marge Et après discuter, parce que ça ne suffira pas Oui aux idées de l'USPO pour rémunérer correctement les petites ordonnances, comment accepter que sur presque 30% des ordos notre travail intellectuel vaut moins de 2.50€?
Julia Bruno
17/02/2015
Cette réforme es une erreur historique car pour déconnecter la rémunération des volumes on a créé un honoraire à la boîte assorti d'un honoraire pour les ordonnances, un véritable paradoxe qui va faire de la casse. Si on y ajoute la non intégration de cet honoraire dans le prix des produits à Prescription Médicale Facultative comme le paracétamol et l'homéopathie pour lesquels les difficultés s'accumulent concernant les prix de ventes et leur affichage... Il ne manque plus que l'arrivée de grands conditionnements de paracétamol pour que le piège économique se referme. Il faut maintenant imagîner un nouveau modèle économique car la voie dans laquelle cette réforme nous a engagé est sans issue.
Avignon Jean Laurent
17/02/2015
Pas vraiment besoin de l'USPO et de Celtipharm pour se rendre compte qu'on s'est encore faits avoir en sacrifiant encore un peu de notre avenir. Et insidieusement. Par la Fédé qui a eu l'arrogance de ne jamais demander notre avis. 4950 pharmaciens réveillés pour l'instant ? Patience !
Jean-Yves Mathevet
17/02/2015
Ou comment faire beaucoup de bruit pour, le tous relayé l'organe de presse de l'Upso : Celtipharm, que je sans doute mettre en indésirable sur ma boîte mail !
TURPIN Nicolas
17/02/2015
1 POUR ! MOI ! L'uspo devrait se concentrer à faire de vraies propositions pour la profession, plutôt que de passer son temps à casser ce qui a été fait, en soutenant des groupements particuliers. Qu'ils demandent d'améliorer les choses ok, revenir en arrière c'est juste très bête : Le CEPS ne REVIENDRA JAMAIS sur les baisses de prix. Perdre l'honoraire ce serait une perte sèche de marge. Mais on sent bien que c'est ce que l'USPO va faire, demander d'autres choses... et au final on dira que c'était leur idée.... Le directeur de la CNAM doit bien rire de notre incapacité à nous entendre sur quelque chose de positif pour la profession.
Ajouter un commentaire